Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2015

Alliés ou suzerains

Ce qui m’étonne, pour ce qui est de l’espionnage des dirigeants français, y compris les présidents, c’est que l’on soit étonné. Quand on voit les moyens gigantesques mis en œuvre par les Etats Unis, il est bien évident qu’ils cherchent à écouter tout le monde y compris leurs propres amis.

D’ailleurs si on le pouvait on en ferait autant. Il est plus triste de voir qu’ils sont aidés par des alliés européens comme l’Allemagne et l’Angleterre.

Il est bien évident que les Etats Unis considèrent les pays de l’OTAN non comme des alliés mais comme des vassaux dont il convient de surveiller les initiatives, pour, si nécessaire, les empêcher de mener une politique qui irait à l’encontre de leurs intérêts.

Comme les pays de l’Union Européenne ont abandonné à l’OTAN, donc aux Etats Unis, la responsabilité de leur défense, ils n’ont qu’à s’en prendre à eux mêmes.

Si les pays de l’UE étaient raisonnables, ils demanderaient la dissolution de l’OTAN, ils renonceraient au traité Transatlantique qui est forcément biaisé, ils se rapprocheraient de la Russie avec laquelle ils ont de nombreux intérêts communs et ils investiraient suffisamment dans leur défense.

Jean de Gliniasty qui fut ambassadeur de France à Moscou jusqu’en 2013 estime que l’affaire de l’Ukraine a été télécommandée par Washington. « On s’est mis dans la main des Américains » regrette le diplomate qui considère que la Crimée est russe et n’a jamais appartenu à l’Ukraine. C’est aussi l’avis de Giscard et de Fillon.

Moyennant quoi on vient de prolonger les sanctions contre la Russie de six mois, sanctions dont l’Europe souffre autant que la Russie, et les Américains relancent la guerre froide en installant des armements lourds dans l’est de l’Europe.

Et pendant ce temps là Fabius se ridiculise en voulant régler le conflit palestinien.

Talleyrand au secours.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com .

 

 

23/06/2013

La paille et la poutre

Dans son éditorial du 22 juin Le Monde titre : Fraude fiscale : « la fin ne justifie pas les moyens ». Bien en tendu il ne défend pas les fraudeurs mais s’inquiète de méthodes d’enquête et de coercition que le journal juge dangereuses pour les libertés : « Est-il indispensable de créer, en cas de fraude fiscale aggravée, une garde à vue de quatre jours ? D'autoriser « les techniques spéciales d'enquête » que sont la surveillance, l'infiltration, les interceptions de communications téléphoniques au stade de l'enquête, les sonorisations et fixations d'images de certains lieux et véhicules, les captations de données informatiques - toutes les techniques d'espionnage, en somme ? »

Fort bien, je serais tenté d’applaudir et puis cela fait une vingtaine d’années que je fréquente Le Monde jour après jour, une vingtaine d’années que je le vois produire des pièces extraites de dossiers d’instruction, bafouer le secret de l’instruction et la présomption d’innocence, encourager la trahison de magistrats et de fonctionnaires, condamner les uns, excuser les autres, le tout selon des critères purement idéologiques.

Alors je me dis: ils sont quand même gonflés de vouloir donner des leçons. Si Le Monde condamne « les pouvoirs exorbitants » qu’il mette ses actes en conformité avec ses jugements et ne se retranche pas derrière le secret des sources.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com