Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2015

Le Royaume Franc de Jérusalem

A l’époque des Croisades, le Royaume Franc de Jérusalem a duré de 1099 à 1187, date de la prise de Jérusalem par Saladin.

La cause principale de cette fin fut que les nations chrétiennes d’Europe se désintéressèrent peu à peu de ces colonies du Proche Orient et cessèrent de leur apporter le soutien aussi bien par les armes que par les renforts en personnel et en matériel. En particulier les flottes Vénitienne et Génoise qui jusque là avaient assuré les transports se consacrèrent à d’autres tâches. Livrés à eux mêmes les chrétiens d’Orient vaincus à Hatin, ne purent résister aux troupes de Saladin.

Pourquoi ce rappel ?  En janvier 2003, Guy Sorman, juif antisioniste, déclarait à la télévision « L’Etat d’Israël est un produit de l’histoire idéologique du XIX° siècle (…). C’est un accident historique, et je ne vois pas comment il va pouvoir tenir beaucoup plus longtemps que n’avaient tenu le royaume de Jérusalem ou le royaume de Salomon. »

Le royaume de Jérusalem a tenu moins de 90 ans, l’Etat d’Israël crée en 1948 a maintenant 67 ans ; si Sorman a raison il ne lui resterait plus qu’une vingtaine d’année avant de disparaître.

Depuis sa création, Israël est soutenu à bout de bras par les Etats Unis, politiquement  par un veto constant à l’ONU contre toutes résolutions tendant à amener Israël à conclure un accord de paix avec les Palestiniens, et financièrement par une aide militaire de plus de 3 milliards de dollars par an.

Seulement les choses évoluent, les rapports de Barack Obama et de Benjamin Nétanyahou, qui vient contre tous pronostics de gagner les élections législatives, ne cessent de se dégrader. Nétanyahou a en effet déclaré que réélu il s’opposerait à la création d’un état palestinien, or la solution de deux états vivant en paix à coté l’un de l’autre a été soutenue de tous temps par les Etats Unis. Il est vrai que le constant grignotage par les colonies implantées illégalement dans les territoires occupés et à Jérusalem Est, ainsi que la construction de murs de séparation, rendent illusoire la constitution d’un état Palestinien viable.

De plus les intérêts américains évoluent, ils voudraient aboutir à un accord avec l’Iran sur le nucléaire, ce dont Israël ne veut à aucun prix, jugeant qu’un accord quel qu’il soit est mauvais et permettra à terme à l’Iran d’avoir la bombe atomique, ce qui est inacceptable. Netanyahou n’a pas hésité à prononcer au Congrès des Etats Unis une violente diatribe contre la politique américaine avec l’Iran, sans avoir recherché au préalable l’accord du Président.

La solution des deux états étant écartée, comment les choses peuvent elles évoluer ? Dans un premier temps les Palestiniens vont être confinés dans des territoires de plus en plus réduits et entourés de barrières, sorte de bantoustans invivables. Mais la croissance démographique des arabes en Israël, finira par changer les équilibres. Les juifs pourront-ils indéfiniment marginaliser les arabes ? Ou seront ils contraints à terme sous la pression mondiale, à donner le droit de vote à tous les arabes vivant en Palestine. Ce serait la fin du caractère juif de l’état.

Les choses dépendent en grande partie des Etats Unis qui se lasseront peut être un jour du soutien inconditionnel qu’ils apportent à Israël, et préféreront sauvegarder leurs intérêts dans la région en particulier par un rapprochement avec l’Iran.

Nous serons alors ramenés au sort du Royaume Franc de Jérusalem.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

08/05/2013

Les gaz des faux-culs

Barack Obama ayant déclaré que l’utilisation d’armes chimiques par Damas constituerait le franchissement d’une ligne rouge qui appellerait une intervention armée, tous les va-t-en-guerre se sont mis à renifler et ne furent pas longs à détecter une odeur de sarin. Bien entendu l’information provenait de l’opposition et des rebelles, relayés par les Anglais et les Israéliens.

Obama qui n’a aucune envie d’intervenir en Syrie, et qui se souvient des « armes de destruction massive » de l’Irak met en garde contre toute « décision hâtive ». Le 30 avril au cours d’une conférence de presse, il s'est retranché derrière la communauté internationale. « Quand j'ai dit que l'utilisation des armes chimiques changerait la donne, ce n'était pas une position unique aux Etats-Unis », a-t-il dit. Cela valait « aussi pour la communauté internationale ». Bref, c'était une ligne rouge collective et chacun devait prendre ses responsabilités.

Al-Assad qui à l’évidence n’a aucun intérêt à utiliser des armes chimiques accuse les rebelles d’une attaque à Khan Al-Assal près d’Alep le 19 mars 2013 et exhibe une photo de gens se protégeant à l’aide de masques en gaze inopérants contre une telle attaque.

Les rebelles assurent qu’il y eut une attaque le 29 avril à Saraqueb et produisent une vidéo où on voit des rebelles sans blessures apparentes suffoquant et vomissant. D'autres montrent des projectiles cylindriques en plastique largués par hélicoptère, de la taille d'une boîte de conserve, percés d'un trou et d'une ouverture ressemblant à une valve et surmontés d'un embout. L’ennui est que de tels récipients ne peuvent être utilisés pour du gaz sarin, VX ou ypérite, il s’agissait peut être d’une « arme chimique incapacitante, non létale »

Il y a bien une équipe d’enquête de l’ONU dirigée par le Suédois Sellström, mais à la suite d’une intervention de la France et de la Grande Bretagne, al-Assad lui refuse l’accès de son territoire.

Paris reste particulièrement discret dans ses déclarations publiques, les traces de sarin et d'ypérite relevées par les laboratoires travaillant pour la Direction générale de la gendarmerie et la Direction centrale du renseignement intérieur l'ont été sur des échantillons transmis par les services britanniques.

Le président américain a confirmé, mardi, l'usage d'armes chimiques en Syrie. « Mais nous ne savons pas comment elles ont été utilisées, quand elles ont été utilisées, qui les a utilisées », a-t-il tempéré, avant d'ajouter : « Nous n'avons pas d'éléments de traçabilité établissant ce qui s'est exactement produit. »

En fait personne ne veut intervenir.

La Croix Rouge qui a accès à certaines parties du territoire Syrien n’a pas trouvé dans les hôpitaux, aux points de distribution de nourriture ou de médicaments, sur les chantiers pour réparer les réseaux d'approvisionnement d'eau, d'indices de l'existence et d'utilisation de substances chimiques pouvant conduire à penser que de telles armes ont été employées.

Carla Del Ponte qui est membre de la commission d'enquête indépendante de l'ONU sur les violences en Syrie, a déclaré le 5 mai que des enquêteurs des Nations unies avaient réuni des témoignages selon lesquels des insurgés syriens se sont servis de gaz sarin. "Nos enquêtes devront encore être approfondies, vérifiées et confirmées à travers de nouveaux témoignages, mais selon ce que nous avons pu établir jusqu'à présent, pour le moment ce sont les opposants au régime qui ont utilisé le gaz sarin".

Mais la commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie, mandatée par l’ONU, n’a pas été longue à désavouer Carla Del Ponté dont l’indépendance d’esprit et le franc-parler sont bien connus depuis le Rwanda et l’ex-Yougoslavie – elle avait acquis le surnom de « Calamity Carla » - en déclarant n’avoir aucune preuve permettant de conclure que des armes chimiques ont été utilisées par les parties au conflit.

Pour ce qui est de l’OTAN, son secrétaire général M. Rasmussen a jugé regrettable le refus persistant de la Syrie de permettre à des inspecteurs de l’ONU d’enquêter sur le terrain mais n'envisage pas de changement de ligne et refuse toujours de s'impliquer dans le conflit syrien.

Quant à la France, elle se tient coi ayant peut être enfin compris que son engagement en Syrie n’était pas compatible avec son action au Mali.

M. Obama tergiverse et repousse la livraison d’armes à l’opposition mais un espoir se fait jour : John Kerry son émissaire auprès de Vladimir Poutine a annoncé, conjointement avec Moscou, la convocation d’une conférence internationale entre les représentants d’al-Assad et l’opposition syrienne. Il n’y a pas d’alternative à une solution négociée. Encore faudrait il que la Coalition nationale syrienne accepte de s’asseoir à la même table que les représentants du président Syrien.