Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2015

Nous sommes en guerre.

J’avoue ne pas avoir compris le sens de la cérémonie d’hommages aux victimes, aux Invalides. J’y vois le refus d’accepter toute mort alors que nous sommes en guerre.

D’abord le lieu était mal choisi : les Invalides où sont traditionnellement rendues les honneurs aux héros et aux militaires morts pour la France. En l’occurrence les morts ne sont pas morts pour la France mais sont des victimes s’étant trouvées au mauvais endroit au mauvais moment. Elles ne cherchaient pas à servir la France mais à boire un pot à la terrasse d’un café où à assister à un concert rock. En ce sens leur mérite n’est pas plus grand que celui des touristes russes morts dans l’avion de Charm el-Cheik .

Que l’on dise des messes pour le repos de leurs âmes où que l’on se recueille en leur mémoire, très bien, mais ces obsèques semi-nationales sont insensées et destinées à camoufler l'échec de gouvernants incapables d’assurer la sécurité des Français et ayant participé par complicité et passivité à la situation à l’origine de cette barbarie : 40 ans d’une immigration incontrôlée et d’un laxisme judiciaire irresponsable.

Depuis des années une philosophie de bizounours donne lieu à chaque fait divers, à marche blanche, lâché de ballons, dépôt de fleurs, manifestations assez ridicules par lesquelles une société athée essaye de suppléer aux manifestations religieuses d’antan. On voit un Président de la république n’hésitant pas à se rendre une rose blanche à la main devant la terrasse d’un café où des soi-disant Français ont massacré d’autres Français au nom d’Allah. Et surtout pas d’amalgame.

J’imagine le plaisir de tous ces « Français » qui se réjouissent de ces massacres et rêvent même d’y participer un jour pour atteindre à la palme du martyr et à ses houris. Quel meilleur encouragement pour recommencer et alors que fera-t-on ? Une nouvelle cérémonie aux Invalides ?

Nous sommes en guerre et durant les guerres il y a des morts ; la seule réaction acceptable est de lutter contre les criminels, militairement contre les bases du mouvement à l’origine de tout ce désordre - c’est ce que nous faisons en Syrie et en Irak, au Sahel - et par une lutte acharnée en France, des services de police et de renseignement suivie de l’action sans faiblesse des juges.

Que voulait dire ce président athée qui ne jure que par le laïcisme en parlant de « la cause folle d’un Dieu trahi », de qui s’agissait il sinon de l’Islam plus ou moins dévoyé et pourquoi ne pas le nommer, et quelle signification pouvait-on trouver à cet « Hymne à l’amour » chanté par trois chanteuses, une franco israélienne, une d’origine algérienne et une bretonne ? Encore la tolérance et le vivre ensemble… Est ce vraiment de circonstance, soyons solidaires mais pas tolérants, nous sommes en guerre, il faut la faire.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

l

 

15/07/2014

Le défilé des Bizounours

Le défilé du 14 juillet sur les Champs Elysées fut un ramassis d’incongruités à l’image des grandes âmes et de « tout le monde il est bon, tout le monde il est gentil » : je veux bien qu’on commémore le début de la grande guerre il y a 100 ans, quoiqu’il eut été plus pertinent de le faire le 11 novembre. Mais commémorant le début de cette guerre atroce pourquoi avoir convié les belligérants des deux camps y compris les plus improbables? Il est vrai qu’on avait déjà vu la Fuehrerin Angela se pavaner le 6 juin parmi les vainqueurs de la guerre d’après sur les plages de Normandie.

On a vu défiler parmi les militaires, des policiers qui avaient du l’exiger par assimilation aux gendarmes qui eux sont des militaires. On va bientôt voir défiler, les juges, la SNCF et les enfants des écoles voire les matons. C’est du n’importe quoi.

Mais le comble fut à la clôture l’exhibition des bizounours, les embrassades multiethniques et le lâcher de pigeons dont on espère qu’ils aient su regagner leur pigeonnier avant d’être boulottés par d’autres rapaces. On aurait dit des intermittents des spectacles.

Tout ça montre à quel niveau de veulerie et de désarmement moral, la propagande soixante-huitarde et l’ Education nationale ont ramené le peuple de France. On va bientôt fusionner avec la gay-pride.