Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2016

Les jérémiades, ça suffit.

Toutes ces manifestations, ces marches blanches, en « hommage » aux victimes, ça suffit. On en est à pleurer sur tout, l’abattage des agneaux, les malheurs des baleines et des dauphins ou des petits oiseaux, quelle sensiblerie.

On nous montre un enfant noyé par la faute de ses parents et nous laissons librement débouler les « migrants ».

Quand Paris et Bruxelles sont victimes d’actes de terrorisme, on nous ballade de la place de la République à la place de la Bourse à Bruxelles, l’une et l’autre couvertes de fleurs, d’inscriptions et de petites bougies, nous en sommes à l’ère des pleureuses et des jérémiades, c’est totalement contre-productif et doit faire plaisir à ceux qui commettent les attentats, ceux qui les soutiennent et ceux qui les admirent.

Le plus beau ou le pire de tout a été le spectacle de Federica Mogharini, en charge pour l’Europe des affaires étrangères, pleurant sur l’épaule du ministre des affaires étrangères jordanien après les attentats de Bruxelles : Navrant, essayez d’imaginer Talleyrand dans une telle situation. Peut être vaudrait-il mieux ne pas confier ce genre de responsabilité à une femme au risque de tout voir partir en quenouille ?

On peut d’ailleurs se poser la même question au sujet de Frau Merkel, faisant entrer en Europe un million de migrants à l’évidence truffé de terroristes.

Où est la saine réaction de Poutine voulant poursuivre les terroristes « jusque dans les chiottes ». Lui au moins sait ce qu’il veut et le fait et ça marche : voyez la Syrie.

Nous n’avons pas besoin de pleureuses mais de guerriers.

Nous sommes en guerre et nous larmoyons, nous cherchons à comprendre et à excuser ce qui est inexcusable. L’Europe est devenue un club de bizounours heureux d’aller à l’abattoir. Les terroristes, il faut les terroriser, les poursuivre et les arrêter avant qu’ils commettent leurs crimes. Nous sommes en guerre et pour gagner une guerre il faut en avoir la volonté et y mettre les moyens. Ce n’est pas avec la « politique de la ville », les aides sociales, le regroupement familial et les cures de déradicalisation qu’on en viendra à bout. D’abord il faut nommer l’ennemi : le problème c’est l’islam et son implantation invasive sur tout le territoire qui dure depuis 40 ans. Il faut d’abord ne lui faire aucune concession, ni voile, ni repas de remplacement dans les cantines des écoles, ni aide à la construction de Mosquées. Plutôt que de faire balader 10 000 militaires dans les rues et les gares, il faut reconquérir la « centaine de Molenbeek français » avouée par le ministre de la ville en les traitant zone par zone, éradiquer les trafics en tout genre, les dépôts d’armes et d’explosifs ne plus accepter les caillassages, les incendies de voitures, les provocations contre les forces de l’ordre et les représentants de l’Etat au besoin avec l’aide de l’armée et il faut le faire vite sinon ce sera la guerre civile et l’islamisation du pays.

Il faut réintroduire la discipline et la rigueur dans l'enseignement, enseigner de nouveau l'histoire de France, ne pas laisser contester des enseignements sous des prétextes religieux, apprendre à écrire et parler correctement le français.

L’Islam est une religion de conquête qui n’a pas évolué depuis quatorze siècles, une religion de bédouins s’adonnant à la razzia, ce n’est pas avec nos bons sentiments, nos scrupules, nos repentances, qu’on en viendra à bout. L’anti-islamisme n’est pas plus du racisme que l’anticléricalisme.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

12/10/2012

Des pieds nickelés

Mais qu’est ce qui peut pousser nos gouvernants à monter une telle mayonnaise avec le réseau djihadiste de Strasbourg et de Cannes constitué à l’évidence d’une bande de paumés qui avaient cru trouver dans l’islam de quoi remplir la vacuité totale de leur existence.

Il s'agit du "démantèlement d'un groupe terroriste qui est probablement le plus dangereux mis au jour depuis 1996 en France", a souligné M. Molins, procureur de la République de Paris, lors d'une conférence de presse en ayant l’air d’y croire.

"Une attaque terroriste dans notre pays a pu être évitée", a-t-il dit sans rire.

Commençons par l’attentat de Sarcelles contre une épicerie Kasher. Il s’agissait peut être d’une grenade yougoslave mais une grenade d’exercice où l’explosif est remplacé par du plâtre. Seul subsiste le détonateur. Une telle grenade n’a jamais fait de mal à personne sauf si l’on reçoit la cuiller dans la figure ce qui n’est pas fréquent. On peut difficilement dire qu’il y eut désir de tuer.

Depuis le principal suspect Jérémy Louis Sidney a été tué les armes à la main cherchant visiblement le martyr pour gagner les 70 houris promises au paradis d’Allah.

Les charges pesant sur les autres membres du groupe semblent modestes, peut être certains ont ils été en Syrie ou en Tunisie donner la main aux djihadistes ce qui ne peut quand même leur être reproché par tous les défenseurs du printemps arabe et de la révolution Syrienne.

Il est vrai qu’on aurait trouvé chez l’un un pistolet 22LR et un fusil de chasse, armes en vente libre chez tous les armuriers il y a quelques années.

On a trouvé aussi 27000€ qui provenaient probablement plus du trafic de drogue que d’un financement d’Al Qaida.

Il y a aussi des produits chimiques dont du nitrate de potassium plus connu sous le nom de salpêtre, une cocotte minute et des ampoules à filament toutes choses avec lesquelles, on peut paraît il, fabriquer une bombe artisanale. Le mode d’emploi doit se trouver sur internet et leur détention ne me semble pas prohibée.

Tout ce petit monde ne se cachait guère, fréquentait facebook et semblait depuis longtemps repéré par la police. Une bande d’une douzaine de pieds nickelés, convertis à l’Islam pour se trouver une raison d’exister mais certainement pas le groupe structuré, formé, efficace que l’on veut nous vendre.

Veut on faire oublier les agissements de la BAC de Marseille nord, le chômage et la crise ?

 

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com