Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2016

soumission

La Semaine Sainte est toujours l’occasion d’écouter la Passion selon St Matthieu de Bach. Cette année elle était diffusée depuis la chapelle royale de Versailles sous la direction de Raphaël Pichon. Personnellement je considère cette Passion comme le sommet de la musique, ce fut ce soir là bouleversant. Parmi une distribution sans faille, chœur et solistes, l’Evangéliste, Julian Prégardien fut fascinant : il chantait le texte par cœur et semblait habité par ce qu’il récitait, une extraordinaire présence.

Composée il y a près de trois cents ans cette œuvre sublime, qui dure trois heures, touche encore comme si elle venait d’être écrite, on y sent une foi et une désolation totales.

Je me disais qu’une civilisation qui a produit de tels chefs d’œuvre, ne peut se comparer à aucune. Il est d’autant plus navrant de la voir de nos jours sombrer dans le consumérisme, l’hédonisme, l’individualisme et le relativisme. Comment, alors qu’elle a apporté au monde tout ce qu’il y a d’intelligent, en science, en médecine, en ingéniosité et en progrès au point qu’elle sert de norme en mode de vie, en tenue vestimentaire, en façon d’écrire les nombres et que les temps sont comptés à partir de la naissance du Christ, comment peut on comprendre qu’elle se complaise à une repentance sans fin, au point de s’excuser de ce qu’elle a réussi.

Il est triste de voir ces derniers temps des jeunes manipulés et sans ambition, ne croyant pas à leur avenir et rêvant d’être fonctionnaires, désertant leur lycée ou leur faculté, manifester pour la sécurité du travail et penser à leur retraite.

Il est encore plus incompréhensible de voir progresser chaque jour dans notre douce France parsemée de clochers et de cathédrales, une religion de bédouins illettrés qui n’a pas évolué depuis quinze siècles et qui refuse même toute évolution. Qu’ont produit les arabes depuis cette époque ? Les seuls monuments anciens que l’on peut admirer dans les pays qu’ils ont conquis sont les ruines de monuments grecs et romains, égyptiens et phéniciens ou ceux restant de la colonisation. Carthage était autrefois le grenier à blé des Romains, qu’en est il devenu ?

Pour en revenir à la Passion selon St Matthieu, comment peut on adopter une religion qui considère la musique comme diabolique. France déchristianisée il faut te réveiller ton avenir n’est pas dans l’Islam.

 

 

 http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

02/04/2013

Hommage à Jean Sébastien Bach

On diffusait dimanche dernier, jour de Pâques, comme c’est souvent le cas à cette période, la Passion selon Saint Matthieu, de Jean Sébastien Bach , vaste oratorio de près de trois heures.

Personnellement je considère le choral final de cette œuvre comme le sommet absolu de la musique occidentale, opinion très personnelle certes, mais il y a là, dans cette longue méditation sur la mort du Christ, une spiritualité à laquelle on ne peut rester insensible. Chanté en allemand je n’en comprends pas le sens des paroles, il n’importe, la musique suffit et c’est extraordinaire.

Bach a montré une égale maîtrise dans la composition de vastes fresques comme la Passion, le déchainement des orgues, que dans la composition d’œuvres d’une étonnante économie de moyens, un clavecin comme dans le clavier bien tempéré , les sonates pour violoncelle seul, ou les sonates et partitas pour violon seul, tous des chefs d’œuvre absolus.

Bach a été le fondateur de la musique occidentale, à qui tous les compositeurs qui l’ont suivi sont redevables. Musique occidentale qui est devenue musique universelle, elle est jouée par des orchestres chinois et des virtuoses venus d’orient brillent dans tous les concours internationaux.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com