Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2012

Si j'avais été Hollande

Si j’avais été Hollande voila ce que j’aurais dit en Algérie :

« La France et l’Algérie ont cent trente ans d’histoire commune. Bien sur nous n’en avons pas la même perception, mais cinquante ans ont passés et il faut maintenant regarder l’avenir, tourner la page. L’Algérie et la France sont maintenant deux nations indépendantes, libres et égales. Laissons les morts enterrer les morts et les historiens écrire l’histoire et regardons ce que nous pouvons faire ensemble.

Nous avons beaucoup d’intérêts communs, culturels, industriels, commerciaux : il faut les développer de part et d’autre de la Méditerranée. Il y a en France trois millions d’Algériens dont beaucoup sont aussi Français ou aspirent à le devenir. Pour qu’ils soient bienvenus il faut qu’ils acceptent nos coutumes, nos valeurs, notre histoire.

L’avenir des rapports de l’Algérie et de la France est dans l’amitié, la coopération, la confiance, non dans la rancœur. »

20/12/2012

Pas d'excuses ni de repentance.

Qu’on tourne la page avec l’Algérie et que cinquante ans après on cherche une réconciliation et un rapprochement, quoi de plus normal et de plus souhaitable. La France et l’Algérie ont une histoire et des intérêts en commun.

Que le Président Hollande dise qu’il n’y aura ni excuses ni repentance, on ne peut qu’approuver, mais pourquoi faut il alors qu’il évoque devant le Parlement algérien un système colonial "profondément injuste, brutal" et "les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata" qui "demeurent ancrés dans la mémoire et dans la conscience des Algériens". Il  ne faut pas compter sur les Algériens pour parler des massacres de harkis et de pieds-noirs qui ont suivi l’indépendance et des attentats à la bombe qui ont fait tant de victimes.

Pourquoi faut il qu’il aille rendre hommage à Maurice Audin, ce jeune militant du Parti Communiste Algérien, parti interdit, qui aida le FLN pendant la bataille d’Alger, quand les bombes tuaient aveuglement au Casino de la Corniche. Nous étions en guerre et Audin fut à l’évidence un traître. L’honorer c’est désavouer l’armée française qu’un gouvernement socialiste chargea du sale boulot et qui gagna la bataille d’Alger.

Il eut fallu plutôt qu’il salue la mémoire du jeune instituteur français, Guy Monnerot, premier mort français en 1954, le jour de la « Toussaint rouge ».

Mais les Algériens ne reconnaitront rien, ne s’excuseront de rien car pour eux il n’existe que la force.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

30/10/2012

La vérité sur la manifestation du 17 octobre 1961

Voila le témoignage d'un journaliste qui enquêta le lendemain de la manifestation: Y a-t-il-matière à repentance?

"On vous raconte le 17 octobre 1961 et vous les croyez :

«Ce fut un «massacre», une hécatombe de corps, 300 Algériens assassinés et 2300 blessés. Vraiment les forces de l’ordre parisiennes ont fait fort, les mains des gardiens de la paix, des gendarmes mobiles, des CRS et des forces auxiliaires de Harkis, sont couvertes de sang à jamais ».

Il est de notre devoir, à nous journalistes présents sur les lieux, de rétablir la vérité quand elle est évidente et incontestable.

À l’époque j’appartenais à la rédaction du quotidien « L’Aurore » et j’ai enquêté dès le lendemain auprès de la morgue et des services hospitaliers, également auprès des établissements et des riverains qui longeaient la Seine. J’ai accompagné le colonel Raymond Montaner, commandant de la Force Auxiliaire des Harkis de Paris, dont le rôle principal était la protection des Algériens de la région parisienne contre les exactions du FLN, qui a enquêté en compagnie de ses deux adjoints le capitaine de Roujoux et le lieutenant Champsavin et voici le résultat absolument vérifiable de ses conclusions :

Il n’y eut cette nuit du 17 octobre aucune intervention anormale des pompiers parisiens, ni de police secours, ni de la croix rouge, ni d’aucun service d’ambulance.

Aucun service d’urgence des hôpitaux de Paris et de la banlieue n’a reçu un afflux anormal de blessés. 2300 blessés en une seule nuit cela laisse pourtant des traces, non ? Toutes les urgences et même les cliniques privées auraient dû être totalement débordées. Où sont donc passés ces 2300 blessés ? Disparus comme par magie ! Il paraîtrait qu’ils auraient été jetés dans la Seine en même temps que les 300 morts ! L’enquête auprès des barrages en aval de Paris n’a révélé aucune découverte de noyés. Pourtant 300 corps ne se dissolvent pas dans l’eau de la Seine. Les berges sur des kilomètres auraient dû être parsemées de cadavres mais aucun riverain n’en a signalé !!

La réalité est tout autre. En vérité il n’y eut au cours de cette nuit du 17 octobre que 7 morts, dont 2 seulement sont imputés aux forces de l’ordre, Achour Belkacem et Amar Malek, tous deux agents du FLN. Les 5 autres morts sont 4 Algériens et un Français, Guy Chevalier.

Voilà le bilan exact de ce « massacre » du 17 octobre 1961.

En revanche voici un autre bilan qu’il ne faut pas laisser sous silence mais dont on ne parle jamais : entre janvier 1955 et juillet 1962, les groupes armés du FLN ont assassiné, en France, plus de 6.000 Algériens, tués par balles, strangulation, égorgement. Également 9.000 cas de mutilations (ablation du nez, des oreilles, des lèvres) soit une moyenne de 5 tués ou blessés par jour, pendant 7 ans !

Au cours de ces 7 années il y eu en métropole, 120 gardiens de la paix et 150 civils français assassinés.

Il faut que cela se sache : il y avait la guerre en Algérie mais il y avait également la guerre en France métropolitaine.

Malheureusement la très grande majorité du peuple français qui n’a pas vécu ces évènements ignore la vérité qui est souvent déformée et parfois même occultée.

Quand donnera-t-on enfin la parole à ceux qui peuvent apporter la contradiction à ces menteurs qui salissent l’histoire de la France ??"