Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2012

Pas d'excuses ni de repentance.

Qu’on tourne la page avec l’Algérie et que cinquante ans après on cherche une réconciliation et un rapprochement, quoi de plus normal et de plus souhaitable. La France et l’Algérie ont une histoire et des intérêts en commun.

Que le Président Hollande dise qu’il n’y aura ni excuses ni repentance, on ne peut qu’approuver, mais pourquoi faut il alors qu’il évoque devant le Parlement algérien un système colonial "profondément injuste, brutal" et "les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata" qui "demeurent ancrés dans la mémoire et dans la conscience des Algériens". Il  ne faut pas compter sur les Algériens pour parler des massacres de harkis et de pieds-noirs qui ont suivi l’indépendance et des attentats à la bombe qui ont fait tant de victimes.

Pourquoi faut il qu’il aille rendre hommage à Maurice Audin, ce jeune militant du Parti Communiste Algérien, parti interdit, qui aida le FLN pendant la bataille d’Alger, quand les bombes tuaient aveuglement au Casino de la Corniche. Nous étions en guerre et Audin fut à l’évidence un traître. L’honorer c’est désavouer l’armée française qu’un gouvernement socialiste chargea du sale boulot et qui gagna la bataille d’Alger.

Il eut fallu plutôt qu’il salue la mémoire du jeune instituteur français, Guy Monnerot, premier mort français en 1954, le jour de la « Toussaint rouge ».

Mais les Algériens ne reconnaitront rien, ne s’excuseront de rien car pour eux il n’existe que la force.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com