Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2021

Zelensky chez Biden

Le 1er septembre le Président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky, était reçu par Joe Biden. Au menu, relations avec la Russie, assistance militaire, relations commerciales bilatérales, réformes internes et des attentes élevées pour Kiev, Pas de doute l’ambition du Président ukrainien est de rallier l’OTAN voire l’Union Européenne. Pour aider l’Ukraine les Etats Unis ont déjà investi plus de 2,5 milliards de dollars en aide militaire depuis le début du conflit dans le Donbass. Bien entendu l’Ukraine veut aussi récupérer la Crimée annexée par la Russie.

Il faut voir que l’histoire de l’Ukraine a toujours été liée à celle de la Russie et qu’elle n’a qu’épisodiquement été indépendante. Quant à la Crimée elle est Russe depuis la fin de la guerre russo–turque en 1792 et n’avait jamais appartenu à l’Ukraine. A l’évidence l’aide américaine a pour but d’entretenir une tension et d’empêcher le rapprochement de l’Europe avec la Russie. Pendant combien de temps allons nous accepter cette ingérence ? « Les Etats-Unis restent détermis à soutenir la souveraineté et l’intégrité territoriale de lUkraine face à lagression russe », a déclaré le président américain. De quoi je me mèle ?

Ceci étant Biden, probablement encore sous le coup de sa déroute afghane, est resté très évasif il s’est contenté de promettre une aide militaire supplémentaire de 60 millions de dollars et de proférer de bonnes paroles au sujet de l’admission à l’OTAN, à l’évidence inacceptable par la Russie. De même il n’est pas revenu sur son acceptation de la fin de construction de Nord Stream 2 qui risque de diminuer de 2 milliards de dollars les droits de transit du pétrole par l’Ukraine.

L’Ukraine est un état failli et corrompu, on ne voit pas l’intérêt que l’Europe aurait de le prendre en charge et jamais la Russie ne rendra la Crimée.

On peut se demander quand l’Europe aura le courage de prendre en main ses intérêts, quitte à s’éloigner des Etats Unis dont la fiabilité n’est pas évidente.  

 

 

 

Écrire un commentaire