Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2014

De la relativité des choses.

Il paraît que les élections en Syrie « C’est comme si Hitler avait organisé une élection en 1944 », « Une farce » organisée dans un pays en ruine et boycottée par l’opposition. Mais qui soutient l’opposition et finance la guerre civile ? L’Arabie Saoudite et la Qatar, beaux exemples de démocratie. En fait après trois ans de guerre et 150 000 morts, une guerre civile encouragée par l’Occident, personne n’a de solution autre, et on finit par le reconnaître, que Bachar el Assad.

Il est possible que les élections aient été truquées et qu’on n’ait pas voté dans les zones encore tenues par l’opposition, mais qui peut affirmer que la majorité des Syriens ne préfère pas le régime de Bachar plutôt que l’islamisation du pays ?

Le plus étonnant est que simultanément se sont tenues des élections présidentielles en Ukraine applaudies par l’Occident, alors que les conditions étaient les mêmes : boycott dans les zones russophones du sud-est et pas plus de garantie de sincérité.

Il faut rappeler qu’en Irak, le 30 janvier 2005, on élisait une assemblée nationale constituante, dans un climat de terreur, la journée du vote fut marquée par des attentats ayant tué 36 personnes dont 30 civils. Personne ne contesta.

En Afghanistan, c’est l’OTAN qui met en place le président Hamid Karzaï, qui sera élu le 9 octobre 2004 dans une élection entachée de fraude et du boycott de l’opposition. Tout ça sous les yeux de l’OTAN. L’Afghanistan est toujours le premier producteur mondial d’opium.

En Libye après que l’OTAN ait mené une guerre conduisant à l’assassinat de Kadhafi, le 9 août 2012, le nouveau parlement élit son premier président Mohammed Youssef el-Megaryef, qui sera destitué un an après. Depuis la Libye est minée par l’instabilité politique et la menace d’éclatement.

Tout ça pour dire que chaque fois que l’Occident se mêle de rétablir la démocratie, quand il s’en va, règnent le désordre, l’instabilité, et la guerre civile.

L’élection de Bachar el Assad n’est pas plus contestable que celles de ses semblables d’Irak, d’Afghanistan, de Libye et maintenant d’Ukraine et il est de plus en plus évident que l’intervention de l’Occident en Syrie au coté des pétromonarchies du Golfe n’a fait qu’aggraver les choses et de multiplier les victimes et les ruines.

Il conviendrait aussi d’évoquer le Kossovo où l’OTAN a créé un état mafieux.

Tout cela fait penser à ce lieu où on trouvait autrefois une pancarte : « prière de laisser cet endroit dans l’état où vous auriez voulu le trouver »

Les commentaires sont fermés.