Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2007

L'indépendance du Kosovo

le 29 mars 2007





Messieurs,

Dans son éditorial du 28 mars 2007 « De Pristina à l’Europe », Le Monde prend acte « sans gaieté de cœur » de la nécessité de l’indépendance du Kosovo. Je voudrais rappeler que cette indépendance est contraire aux engagements pris en 1999 au moment de l’intervention de l’OTAN qui s’était engagée à maintenir le Kosovo au sein de la Serbie et à s’opposer à toute épuration ethnique. Or les Serbes ont pour la plupart été chassés du Kosovo et maintenant l’ONU veut lui accorder l’indépendance.
Vouloir justifier ce reniement « par le crime subi et la résistance qu'ils (les albanophones) y ont opposée, (leur donnant) un droit à disposer d'eux-mêmes » est plus que spécieux car, d’une part, les crimes ont été partagés et ensuite il ne fallait pas 8 ans pour faire cette constatation. C’est aussi oublier les souffrances subies par les Serbes du fait de l’intervention de l’OTAN.
Quant à attribuer l’éclatement de la Yougoslavie en 1991 à Milosevic, il faut oser : tout le monde sait que c’est la proclamation de l’indépendance de la Slovénie et de la Croatie, immédiatement reconnue par l’Allemagne qui a déclenché le processus dont les Serbes ont été les principales victimes.
Vous pensez que « la communauté internationale doit aussi signifier que le mouvement de fragmentation doit s'arrêter là » ; voilà un vœu pieux qui serait autrement crédible si on n’admettait pas l’indépendance du Kosovo.
Décidément Le Monde aura de bout en bout manié la désinformation sur la question du Kosovo.
Considération distinguée

17:00 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

23/03/2007

Peau de boudin et cochon gratté

le 23 mars 2007





Messieurs,

Le rapport annuel de la Commission consultative des droits de l’homme  vous a inspiré votre éditorial du 22 mars « racisme banalisé » avant que Laetitia Van Eeckhout commente le même rapport :
Il est quand même admirable que pour les trois exemples qu’elle cite : le meurtre d’ Ilan Halimi par le « gang des barbares », la descente de la tribu Ka rue des Rosiers, et la mort douteuse d’un supporter du PSG, les meurtriers sont des noirs. Alors pourquoi accuser les Français de racisme. On a pu voir au cours des différentes émeutes aussi bien les manifestations lycéennes de 2005 que  les émeutes des banlieues en 2006 que le racisme ne venait pas des blancs mais des Maghrébins et des Subsahariens.
La guerre du Liban a été en 2006 à l’origine de nombreuses manifestations antisémites sans que les Français de souche y soient pour quelque chose.
J’aimerais savoir si la CNCDH a comptabilisé les enseignants agressés voire poignardés comme actes racistes.
Pour faire court si je traite un noir de « peau de boudin » - ce que je ne fais pas – ce sera du racisme, alors que je pense qu’on trouvera bien normal qu’il me traite de « cochon gratté ».
Le racisme en France a changé d’origine même si 56% des Français estiment qu’il y a trop d’étrangers, ce qui n’est pas du racisme.
Considération distinguée.

15:44 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

22/03/2007

Identité,Identité.

le 23 mars 2007





Messieurs,

Thomas Ferenczi (« Intolérantes identités » Le Monde du 23 Mars) après avoir constaté  que malgré des siècles de vie commune, serbophones et albanophones « ne sont pas encore capables d'accepter l'autre » et que « le rêve d’un Kosovo multi ethnique apparaît aujourd'hui comme une illusion » conteste que l’identité européenne « se confond(e) avec son histoire, ses traditions, sa culture »
Il prône une identité  «  projet capable de rassembler au-delà d'elle-même. » en s’ouvrant aux autres identités.
Le Kosovo est la preuve évidente que cette conception est une utopie, et que les immigrants doivent s’intégrer voire s’assimiler à notre identité et adopter notre histoire nos traditions, notre culture .
L’Europe, tout le monde le sent, est de culture héléno chrétienne,  cela permet de déterminer ses frontières en dehors desquelles se trouve en particulier la Turquie.
De même croyez vous que beaucoup de français souhaitent « la France black blanc beur » qu’on essaye de leur vendre ?
Et connaissez vous une autre collectivité qui veuille s’ouvrir ainsi à tous les vents de la planète ?
Considération distinguée.

18:12 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

11/03/2007

Vous avez dit "lobby"?

le 11 mars 2007






Messieurs,

S’ il en était besoin, les cris d’orfraie poussés par des associations et personnalités dans leur grande majorité juives à la suite des déclarations de Raymond Barre sur « le lobby juif capable de monter des opérations indignes » suffiraient à rendre évidente l’existence de ce lobby.
Qu’est le CRIF, qui prétend, à tort, représenter un pour cent des français et fait du bruit comme s’ils étaient des millions, sinon un lobby quand il convoque annuellement le gouvernement à un dîner casher pour l’admonester sur la politique française à l’égard d’Israël ?
Quant à Maurice Papon, que Barre qualifie de « grand commis de l’Etat », en 1945 il n’avait  même pas été inquiété par la commission d’épuration et maintenu dans ses fonctions, son procès 60 ans plus tard est à l’évidence celui d’un bouc émissaire, Patrick Jarreau le reconnaît d’ailleurs.
François Bloch-Lainé a servi Vichy et s’en est expliqué : « La France était occupée. Il fallait l’administrer pour lui faire traverser cette passe très dure le moins mal possible ».
Je me garderais bien de condamner les juifs de l’Union générale des Israélites de France, l’UGIP ancêtre du CRIF, qui ne l’évoque jamais, qui collaborèrent pendant l’Occupation.
Ce fut une triste époque qui devrait depuis longtemps avoir été abandonnée aux historiens et dont, ceux qui ne l’ont pas connue feraient bien de s’abstenir de parler, surtout pour condamner.
Considération distinguée.

14:44 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)