Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2013

Ils font feu de tout bois

J’ai d’abord cru à une blague, mais nous n’étions pas le 1er Avril : Il y a quelques jours je lis dans Var Matin que les feux de bois dans les cheminées et l’incinération des déchets verts allaient être interdits à Toulon.

Après recherche, je constatais que l’idée venait de l’Ile de France où il en était de même.

Alors là les bras m’en tombent, dans mon âme d’écolosceptique, je pensais qu’il n’y avait pas plus écologique que se chauffer devant un bon feu de cheminée en devisant et en récitant contes et légendes à la veillée ; ce me semblait le comble des énergies renouvelables, et bien il n’en est rien, il paraît qu’en procédant ainsi on « rejette des particules » dans l’atmosphère et qu’il faut un poêle  ou une cheminée fermée.

Pauvre de moi: l’idée vient de la déjà célèbre Delphine Batho, ministre viré, et s’appliquerait en 2015.

Si je comprends bien pour se chauffer il ne faut pas utiliser l’électricité qui en plus vient des centrales nucléaires, ni le fuel et le gaz, produits pétroliers, ni le charbon qui pollue, ni le bois ? Comment ils font les écolos ? Ils grelottent ? Moi qui ai connu les années terribles de « la période la plus noire de notre histoire » où on faisait des buches avec du papier, je peux vous dire que ce n’est pas drôle, que n’en déplaise à madame Batho, une bonne flambée a du charme et que si j’avais une cheminée je ne m’en priverais pas.

Quant aux déchets verts, feuilles, herbes et branchages dont on ne croit quand même pas que je vais me casser les pieds à en faire du compost, si je ne les brule pas, je les mets avec les poubelles dans des sacs en plastique et ils seront brulés avec eux à l’incinérateur - je ne vois pas l’avantage - ou je les conduis à la décharge avec ma voiture polluante.

Je me demande si je peux encore envisager un barbecue ?

Disons le tout net, les écolos commencent à m’emmerder.