Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2020

Les loups sont entrés dans Paris

Certains n’arrivent pas à croire à leur bonheur devant la crise du Coronavirus. Enfin on va pouvoir entamer la décroissance à laquelle aspirent les collapsologues. Quel bonheur, la consommation de pétrole a décru de 30%, les avions sont cloués au sol, on voit des milliers de voitures invendues encombrer des parcs. Les rues et avenues sont vides et les canards se promènent à Paris place du Palais Royal. Bientôt les saumons viendront frayer dans la Seine. Pourvu que ça dure et que le monde ressorte de cette crise salutaire guéri définitivement de sa fièvre acheteuse. Qu’il revienne à un comportement responsable respectueux de la nature. Déjà les Parisiens rêvent d’une maison à la campagne où ils pourront « cultiver leur jardin » et élever des poules pondeuses. Il ne reste plus qu’à abandonner la réalisation du Grand Paris en retard d’une pandémie maintenant qu’on a vu qu’on pouvait travailler chez soi. Laissons les Champs Elysées aux piétons, aux vélos et aux calèches. Bientôt on entendra les sonnailles des troupeaux rejoignant leur estive au sommet de la butte Montmartre. Vive les circuits courts et les produits locaux, abandonnons fraises belges et tomates espagnoles, mangeons français, comme disait ce brave Sully « labourage et pastourage… ». La France est le pays au monde le plus visité, pourquoi aller ailleurs ? Prenons vélos ou voitures à âne et arpentons nos départementales. Et pendant qu’on y est on va pouvoir s’occuper sérieusement de la transition énergétique, fermer moult centrales nucléaires et parsemer campagnes et rivages de milliers de ces gracieuses éoliennes.

Les gaz à effet de serre vont décroitre et la terre retrouvera un climat idyllique, sans canicules, cyclones ni sècheresses.

Le loup habitera avec l'agneau, Et la panthère se couchera avec le chevreau. Et pour un peu le virus débarassera la terre de cette espèce invasive et prédatrice qu’est l’homme :

« Voir le dernier humain à son dernier soupir, moi seul en être cause et mourir de plaisir » dit le virus.

 

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

Écrire un commentaire