Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2019

Pyrotechnie

Dans les arsenaux de la Marine il y a une pyrotechnie qui servait autrefois à stocker les tonnes de poudre à canon des bateaux.
Bien que maintenant elles contiennent surtout des missiles elles respectent les mêmes règles de sécurité.

Autour il y a un périmètre d’isolement où il est rigoureusement interdit de construire, toujours respecté. A Toulon il est de 90 hectares

Les explosifs sont stockés dans des soutes conçues de telle façon qu’en cas d’explosion le souffle soit évacué vers le haut.

Les stocks sont divisés de telle façon qu’une explosion ait des conséquences limitées. Entre les soutes il y a des merlons qui empêchaient la propagation des explosions.
Bien entendu l’accès à la pyrotechnie est sévèrement contrôlé.
Si ces précautions avaient été respectées les catastrophes d’ AZF à Toulouse et de Lubrizol à Rouen n’auraient jamais eu lieu.
Chez AZF on n’aurait jamais laissé construire au point que l’usine soit en pleine ville et on n’aurait pas stocké un tas de 400 tonnes de nitrate d’ammonium qui est un engrais mis aussi un explosif.

A Rouen l’usine Lubrizol qui était classée « Seveso seuil haut» avec risque d’incendie, de dispersion toxique et d’explosion, n’aurait jamais été mitoyenne de l’usine société Normandie Logistique SCMT qui n’était pas classée Seveso.

On n’aurait jamais du stocker chez Lubrizol sans parcellisation divisant le risque 5532 tonnes de produits combustibles et dans les entrepôts de l'usine voisine, Normandie Logistique, 9050 tonnes de produits mal identifiés appartenant en partie à Lubrizol.

Dans ces affaires les exploitants des entreprises sont évidemment responsables mais aussi les autorités qui n’ont pas effectué les inspections nécessaires à la suite desquelles des mesures de sécurité auraient du être prises, et qui n’ont pas fait respecter un périmètre d’isolement suffisant limitant les risques extérieurs.

Il n’est pas sur que ces deux catastrophes aient entrainé un contrôle sérieux des 1312 sites Seveso dont 705 en seuil de risque haut que l’on recense en France

Écrire un commentaire