Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2016

Pour une poignée de dollars.

On se demande pourquoi l’Europe persiste à vouloir négocier avec les Etats-Unis le traité transatlantique, (TTIP) alors que les Américains se comportent avec leurs alliés comme des cow-boys, se croyant tout permis.

Rappelons quelques faits :

Le 1er mai 2015, la BNP Paribas a été condamné à payer une amende de 8,9 milliards de dollars pour violations d’embargos des Etats Unis. Entendons nous bien, il s’agit d’embargos décrétés par les Etats Unis à l’encontre du Soudan, de Cuba et de l’Iran, embargos auxquels la France ne s’était pas associée. Sous la menace de sanctions la BNP s’est exécutée.

Les Etats Unis ont extorqué 60 millions de dollars pour indemniser des victimes de l'Holocauste et leurs familles, notamment de nationalité américaine, déportées en train vers les camps de la mort lors de la Seconde Guerre mondiale. C’est le département d’état américain qui gère ce fonds. Il a commencé à payer une trentaine de survivants de la déportation et certains de leurs conjoints. Des dédommagements ont également commencé à être versés aux « héritiers » de victimes décédées, enfin, d'autres dossiers pourront être déposés par d'éventuels survivants jusqu'au 20 janvier 2017. Il est reproché à la SNCF d’avoir transporté des juifs vers les camps d’extermination. En fait les trains étaient réquisitionnés et le personnel français n’a jamais franchi les frontières de la France. Remarquons qu’il y a quelques années la France avait déjà créé un fonds d’indemnisation « pour solde de tout compte ». Les Etats Unis avaient menacé la SNCF de s’opposer à des contrats commerciaux. On se demande jusqu’à quand les Etats unis poursuivront ce racket qui dure depuis plus de 70 ans.

Il a fallu obtenir l’accord du Trésor américain pour vendre des Airbus à l’Iran. Et encore on peut penser que cet accord n’a été obtenu que parce que Boeing avait reçu une licence identique. Le prétexte de ce veto américain est que les Airbus comportent un grand nombre de pièces américaines. Mais maintenant le blocage peut se porter au niveau des payements : les grandes banques sont en général réticentes à financer les contrats d’avions à l’Iran, craignant que ce genre d’activité ne tombe sous le coup de la partie restante des sanctions américaines.

Boeing vient d’obtenir la condamnation par l’Organisation mondiale du commerce (ONC) de l’Union Européenne (UE) pour des aides publiques dont aurait bénéficié l’industrie aéronautique. Boeing espère obtenir le versement de " droits de douane compensatoires sur les importations européennes " d'un montant pouvant atteindre 10 milliards de dollars par an. Notons que parallèlement les Européens font le même procès aux Américains en particulier pour 8,7 milliards de dollars de subventions versées à Boeing par l’Etat de Washington.

Ajoutons que la Deutsche Bank est sous la menace de sanctions américaines pour avoir violé le régime des sanctions à l’encontre de la Russie.

Dans ces conditions les Etats Unis considérant à l’évidence les Européens comme des vassaux que l’on peut spolier sans pudeur, on ne voit pas pourquoi on continuerait de négocier avec eux un accord de libre échange.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

Les commentaires sont fermés.