Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2016

Naïveté et inconscience.

Les Européens dans leur candeur naïve, se comportent comme les aides des passeurs libyens qu’ils prétendent éliminer. Sofia, l’opération militaire lancée en juin 2015 par l’Union européenne pour neutraliser les embarcations de migrants, se fait en fait la complice des passeurs qui assurent la traversée des migrants de la Libye vers l’Italie et l’Europe.

On estime à 800 000 le nombre de clandestins originaires de l’Afrique subsaharienne cherchant à quitter la Libye pour gagner l’Europe.

Alors que l’immigration par la Grèce est à peu près contenue grâce à la fermeture de la route des Balkans, l’immigration à partir de la Libye est en pleine croissance. En avril il y aurait eu quelque 9 000 passages, en mai 20 000. Il s’agit certes d’Erythréens, de Somaliens ou de Soudanais fuyant leur pays où règne la guerre civile, mais aussi de réfugiés économiques venant du reste de l’Afrique, Guinéens, Ivoiriens, Gambiens, Nigerians, Ghanéens…

Et c’est bien là le risque à long terme : la croissance démographique de l’Afrique est actuellement de 3% par an alors que la croissance économique n’est que de 1%, maintenant obérée par la baisse du prix des matières première, principale ressource de L’Afrique.

Pourtant l’aide extérieure à l’Afrique est considérable, de l’ordre de 35 milliards de dollars par an depuis 1960. L’UE a versé 25 milliards d’euros en 2010, 38 en 2015… Il faut ajouter les remises de dette et les aides privées, tout cela pour un résultat proche du néant.

Le chômage est en pleine croissance, en particulier chez les diplômés. Cette situation va perdurer tant que ne sera pas institué un contrôle des naissances, avant ce sera la submersion de l’Europe

Tout cela explique le désir d’émigration notamment vers le supposé eldorado européen. Pour la grande majorité des migrants ouest africains, la première étape est le Niger où ils sont pris en charge par des passeurs qui organisent le voyage transsahariens jusqu’en Libye. En 2015 quelque 100 000 migrants auraient transité par le Niger.

En Libye une autre chaine de passeurs prend le relai, suivant les antiques voies transsahariennes. Mais l’étape la plus importante et la plus difficile est le franchissement de la Méditerranée. Après avoir empilé les migrants dans de véritables entrepôts, les passeurs les entassent dans des embarcations délabrées et des pneumatiques pour gagner Lampedusa et Malte.

Jusqu’à il y a peu, la traversée était risquée et les naufrages nombreux, les embarcations étant surchargées. Maintenant les passeurs conduisent les migrants jusqu’à la limite des eaux territoriales libyennes et les abandonnent après avoir alerté les bateaux européens. Les bateaux de l’opération de Frontex, « Sofia », dont la mission est de neutraliser les embarcations de passeurs, se transforment en bons samaritains et après avoir récupéré les migrants les transportent en Europe se comportant ainsi en complice des passeurs.

A cela il faut ajouter les grandes âmes de l’Aquarius « bateau citoyen » affrété par l’association SOS Méditerranée qui se targue d’avoir sauvé 917 personnes d’une mort certaine. L’Aquarius a l’attention de passer l’été entre la Libye et la Sicile et fait appel à aide financière. « Nous sommes des messagers. Nous souhaitons partager avec nos donateurs les expériences que nous avons vécues en mer ». Braves gens, qui organisent l’invasion de l’Europe. Car tout cela crée un appel d’air de tous les migrants qui attendent de passer la Méditerranée.

Et pourtant les autorités Libyennes disent lutter contre l’immigration clandestine mais elles ne disposent que de faibles moyens.

Il est faux de considérer les migrants embarqués volontairement dans des embarcations et des pneumatiques surchargés comme des naufragés, sauf à les sauver quand ils sont réellement en danger, mais de toute façon il est irresponsable de les emmener en Europe. Il conviendrait au contraire de les ramener en Libye avec l’accord des autorités libyennes qu’il faudrait aider. C’est le seul espoir que le flot se tarisse.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

Les commentaires sont fermés.