Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2015

A quand une nouvelle loi Gayssot

On se souvient de l’émoi suscité dans les milieux bien-pensants par la publication du livre d’ Olivier Pétré-Grenouilleau « Les traites négrières » où il expliquait, tout en condamnant l’esclavage, que la traite transatlantique occidentale avait été infiniment moins horrible que la traite orientale et que les africains eux mêmes avaient pratiqué une traite interne et servi de fournisseurs d’esclaves.

Ce livre très documenté limitant la culpabilité de l’homme blanc, n’avait pas été apprécié par ceux qui estiment qu’il ne fera jamais assez repentance.

Depuis le CRAN - conseil représentatif des associations noires - milite pour une indemnisation des descendants noirs - ou supposés tels - des esclaves, bien que personnellement j’estime que le sort des Français noirs des DOM est infiniment plus enviable que celui de leurs ancêtres restés en Afrique.

Quoiqu’il en soit l’affaire rebondit  avec la parution d’une étude scientifique sur l'édit royal de mars  1685, dit Code noir. L’auteur, Jean-François Niort, maître de conférences d'histoire du droit à l'université des Antilles, vient de subir des attaques diffamantes et des menaces de la part de groupes guadeloupéens qui le traitent de «  révisionniste et  de négationniste »  et le somment de s’en aller.

Il s’est adressé au MIR France, (Mouvement international pour les réparations) qui lui a reproché de procéder à une "  reconstruction de l'Histoire  ". Il est vraie que l’histoire du Code noir a été établie une fois pour toute en 1987 dans un ouvrage « indépassable » et définitif par le philosophe Louis Sala Molins , « Le Code noir ou le calvaire de Canaan ».

Pour Louis Sala Molins, le Code noir est le mal absolu niant l’humanité de l’esclave.

Ce qui est faux, plusieurs articles de cette loi royale tendent à protéger l’esclave et il faudrait voir dans ce texte une tentative du pouvoir royal de maitriser les pratiques esclavagistes.

La cabale dirigée contre Jean-François Niort voudrait l’empêcher de mettre en cause la thèse de Louis Sala Molins considérée comme une vérité définitive bien que les universitaires  ne prennent guère en compte cet ouvrage excessif et passionnel. Cela rappelle les accusations de révisionnisme et de négationnisme que provoque toute recherche sur un autre génocide, au point d’avoir suscité la célèbre loi Gayssot.

A quand une loi similaire pour l’esclavage ?

Commentaires

En répétant béatement ce que vous avez glané ici et là sur le net (contrairement à ce que d'aucun veulent croire, tout ne s'y trouve pas), vous énoncez des contre-vérités, qui même indéfiniment martelées, n'en deviendront pas pour autant des vérités.
Puisque vous incriminez allègrement notre organisation dont vous ignoriez tout jusqu'à hier, et dont vous ignorez toujours tout, en ce 13 juillet 2015, nous demandons à exercer notre DROIT DE RÉPONSE.
Le secrétariat du MIR

Écrit par : Mouvement International pour les Réparations | 13/07/2015

Silence sur les travaux de Tidiane N'DIAYE sur la traite arabo-musulmane dans son livre le Génocide voilé :
Cette étude traite en profondeur d'un drame passé à peu près inaperçu : la traite des Noirs d'Afrique par le monde arabo-musulman pendant plus de onze siècle.
Cette traite transaharienne, qui n'a pas totalement disparu de nos jours, a fait au moins 17 millions de victimes. Les razziés, capturés pour la plupart d'entre eux au Darfour et en Mauritanie, étaient contraints de traverser le désert à pied pour rejoindre le Maghreb, et l'on peut estimer que les trois-quarts d'entre eux ne survivaient pas : encore aujourd'hui, les pistes suivies par les captifs sont jalonnées par une longue ligne d'ossements humains et de débris de tissus…
Pourtant, cette traite négrière a été minimisée, et continue à l'être, contrairement à la traite occidentale vers l'Amérique. Pourquoi ? Parce que seule la conversion à l'islam permettait d'échapper à l'esclavage, la majeure partie de l'Afrique est devenue musulmane, d'où une forme de fraternité entre le côté "blanc" et le côté "noir" du continent, et une volonté commune de "voiler" ce génocide.
Historique, documenté, écrit avec une grande sensibilité, Le génocide voilé est aussi un livre polémique et très courageux. La personnalité de l'auteur, lui-même noir et musulman, aurait pu l'amener à maintenir le voile ; il a préféré s'en réclamer pour révéler sans détours une vérité qui va forcément déranger.

Écrit par : Bill | 13/07/2015

Je suis écoeuré, point barre.

Écrit par : COLLIGNON | 15/07/2015

Les commentaires sont fermés.