Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2014

Pari stupide au Rwanda

Taubira va se rendre au Rwanda à l’occasion du vingtième anniversaire du génocide qui fit quelques 800 000 victimes. Drôle d’idée, depuis des lustres, on cherche à faire porter à la France et surtout à l’armée française une part de responsabilité, les accusant d’avoir aidé les génocidaires Hutu.

Or ce génocide, bien réel, mais dont Hutu et Tutsi furent victimes n’a jamais été programmé mais déclenché par l’attentat ayant tué le président hutu du Rwanda, Juvénal Habyarimana, son avion étant abattu le 6 avril 1994 par deux missiles sol-air.

Tout montre et en particulier de nombreux témoignages, que cet attentat fut ordonné par le général Kagame, qui voulait prendre le pouvoir et y réussit, la général Kagame est l’actuel président du Rwanda et c’est lui qui organise la commémoration du génocide.

L’amusant est que neuf responsables proches de Kagame ont été mis en examen par l’ancien juge antiterroriste Bruguière, et que ces mises en examen ont été maintenues par son successeur le juge Trevidic, dans l’action en justice ordonnée à la suite des plaintes de l’équipage français du falcon 50 du président. Seul son statut de chef d’état a empêché de mettre Kagame en examen.

Si le TPIR, tribunal pénal international pour la Rwanda, n’a jamais enquêté sur l’attentat, c’est que les Etats-Unis, protecteur de Kagame, s’y sont toujours opposés.

Ajoutons que le Rwanda de Kagame met au pillage les provinces voisines de la RDC et que nombre de témoins de sa culpabilité dans le génocide ont été assassinés notamment en Afrique du Sud où ils s’étaient réfugiés.

Dans ces conditions voir la garde des sceaux se rendre à Kigali où au surplus elle va entendre des accusations infondées contre la France et son armée, relève du pari stupide. On peut craindre en plus des pressions du pouvoir rwandais pour que l’affaire soit enterrée et que les mis en examen bénéficient d’un non lieu.

Les commentaires sont fermés.