Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2014

Bis repetita

La Syrie et l’Ukraine, deux histoires parallèles où la France joue le même rôle douteux : devant une rébellion à l’origine à caractère politique, donner raison aux émeutiers en accusant le pouvoir légal de tous les péchés du monde, le menacer de sanctions, jeter de l’huile sur le feu jusqu’à ce que les manifestations deviennent émeute puis guerre civile, le tout dans une ambiance de guerre froide en opposition à la Russie. On pouvait espérer que la situation en Syrie et la guerre civile qui depuis trois ans a fait des centaines de milliers de morts aurait servi de leçon, il n’en est rien.

Quelle idée de rechercher un accord d'association avec Kiev qui à l’évidence n’a pas vocation à appartenir à l’Union Européenne au risque de nous mêler aux conflits caucasiens, à seule fin de provoquer Poutine qui considère que l’Ukraine fait partie de son pré-carré.

De quel droit les ministres des affaires étrangères des grandes puissances européennes veulent-ils arbitrer un conflit où l’Europe n’a strictement rien à faire. Qui en Europe souhaite l’adhésion de ce pays de 45 millions d’habitants ? Il faut enfin arrêter cette course vers l’est qui aurait déjà du prendre fin avant la Roumanie et surtout la Bulgarie.

De toute façon s’il faut une intervention extérieure pour régler la crise Ukrainienne il faut qu’elle comprenne d’abord la Russie. La guerre froide est finie, nous avons tout intérêt à régler les problèmes en accord avec la Russie, aussi bien en Syrie qu’en Ukraine.

 

Commentaires

oui que vont il faire dans cette galère,.... les petits toutous des usa!

Écrit par : marie | 22/02/2014

Les commentaires sont fermés.