Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2012

Du pétrole et des idées

Si vous allez à Dubaï vous contemplerez l’hotel Burj al Arab, une ile artificielle en forme de palmier et Burj Dubaï la tour la plus haute du monde, 828 m, parmi d’autres réalisations et projets aussi démentiels. Vous serez fier d’avoir apporté votre écot en passant à la pompe pour remplir le réservoir de votre modeste Clio. Comme vous serez fier d’aider le Qatar à acheter des palaces parisiens, le PSG, des marques de luxe et à répandre l’islam dans le 9.3.

En France le déficit commercial en 2011 a été de 70,6 milliards d’euros dont 45 milliards pour la facture énergétique, c’est à dire pour l’achat de pétrole et de gaz.

N’y a-t-il pas moyen de réduire voire de résorber cette facture considérable ? bien sur que si et en créant des emplois et en augmentant la compétitivité française.

Les Etats Unis ont conquis leur indépendance énergétique et relancé leur économie.

Ils exploitent les gaz de schiste qui représentent 14% de la production nationale et seront à près de 50% dans 20 ans.

Outre atlantique les hydrocarbures de schiste ont permis la création de quelque 500 000 emplois et une baisse de la facture énergétique au point que les centrales à gaz concurrencent l’énergie nucléaire, la baisse du prix du gaz est de l’ordre des 2/3.

En France les khmers verts qui veulent nous ramener à l’ère préindustrielle, pratiquent un lobbying insensé pour interdire même la prospection pour évaluer les ressources.

Il y a probablement du pétrole, peut être en grande quantité, à 150km des côtes de Guyane, ils s’opposent à la prospection qui pourrait polluer ou déranger les baleines.

On voudrait prospecter au sud de Marseille, il n’en est pas question.

Quant au pétrole de schiste qu’on subodore dans le bassin parisien et au gaz de schiste qui existerait dans le midi la prospection en est interdite.

Et pourtant la France est leader mondial dans l’industrie para pétrolière et peut être pourrions nous économiser des dizaines de milliards par an et créer 100 000 ou 200 000 emplois directs.

Nous préférons payer 100 euros le baril de pétrole et enrichir, l’Arabie Saoudite, la Qatar et Dubaï que le produire chez nous probablement moins cher pour payer des investissements de recherche et de production et des salaires.

On vous dira que la production de pétrole offshore comporte des risques de pollution, que la fracturation hydraulique présente des risques pour l’environnement, c’est vrai mais il est certainement possible de réduire les risques et les dégâts en améliorant les techniques.

Que serions nous si nos ancêtres, il y a 200 ans avaient refusé de prospecter et de produire du charbon dans le nord de la France, parce que ça perturbait l’élevage et l’agriculture. Notre développement industriel a été basé sur le charbon, maintenant il l’est sur le pétrole et l’atome.

Tout le monde se lamente du prix du pétrole et du gaz, si nous ne sommes pas autonomes nous n’y pouvons rien.

L’ Angleterre et la Norvège se sont enrichies avec le pétrole de la mer du nord, maintenant la Russie vit de ses ressources pétrolières, pourquoi pas nous ?

Il fut un temps où nous avons prospecté en mer d’Iroise sans que cela indigne qui que ce soit, malheureusement nous n’avons pas trouvé de pétrole.

On veut nous faire croire que l’avenir est dans les énergies renouvelables, l’éolien, le solaire, c’est un mensonge : ce sera toujours insuffisant et hors de prix. L’ Allemagne qui a renoncé au nucléaire, se heurte à de grandes difficultés, les firmes spécialisés dans l’énergie solaire sont toutes en faillite et l’éolien sera toujours très cher sans parler de l’agrément de voir pousser des milliers d’éoliennes dont personne ne veut dans son voisinage. Imagine-t-on ce que coutera l’entretien des parcs d’éoliennes en mer ?

Dans cette période de chômage et de récession, il vaut mieux investir dans des projets rentables que payer des chômeurs. Construisons de nouvelles centrales nucléaires, nous n’aurons aucun mal à vendre notre courant excédentaire et il n’y a pas souvent de tsunamis ni de tremblements de terre en France.

Lançons nous franchement dans la recherche d’hydrocarbures, conventionnels ou non, toute aventure industrielle a des risques qu’il faut savoir évaluer et prendre.

La France était un pays où on inventait et ou on produisait. Nous avons inventé le TGV et Airbus, ne laissons pas une bande d’utopistes qui représentent 2% de la population nous imposer leurs fariboles.

Citons pour conclure une phrase de M. Mamère : « Savoir que notre sous-sol possède d'énormes réserves de gaz de roche ne doit donc pas nous obliger à les exploiter, quels que soient les progrès techniques. » Quand on en est là…

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

Les commentaires sont fermés.