Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2012

L'Europe et l'énergie.

 

L’Europe et l’énergie.

 

Il paraît que « L'intransigeance de la Pologne empêche un accord des Vingt-Sept sur le climat ». On cogite décidément de drôles de choses dans notre dos : Les ministres des 27 pays de l’Europe étaient réunis à Bruxelles pour se mettre d'accord sur une « feuille de route », pour définir la contribution de l'Union à la réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2050.

Il paraît que l’Union a décidé d’être pionnière dans la lutte contre le réchauffement climatique, sans trop se préoccuper de ce que fera le reste du monde en ce domaine et c’est là que le bât blesse : Le programme européen prévoit une réduction des émissions de 80 % à 95 % en 2050 par rapport à 1990. En 2020, les émissions devront être réduites de 20 %. Elles le seront de 40 % en 2030 et 60 % en 2040.

On ne sait trop s’il s’agit de la totalité des émissions de gaz, y compris les transports et l’industrie ou seulement de la production d’électricité mais même dans ce cas, ou il s’agit d’un accord que chacun considère comme inapplicable, 2050 c’est loin, ou il y a une volonté ferme de l’appliquer.

Une réduction de 20% dans les dix ans, puis de 20% supplémentaires tous les dix ans jusqu’à au moins 80% en 2050, on croit rêver et essayer c’est pour l’Europe se tirer une balle dans le pied, car pendant ce temps les autres pollueurs, Etats Unis, Chine en tête continueront à polluer et à produire l’électricité la moins chère possible.

C’est d’ailleurs mal parti, l’énergie nucléaire qui seule permettrait d’approcher ces objectifs à moindre coût est partout vilipendée. L’Allemagne a décidé l’arrêt de toutes ses centrales nucléaires d’ici 2022, elle développe les centrales au gaz et au charbon, l’Italie, la Belgique, ont également renoncé au nucléaire et le premier geste qu’aura François Hollande s’il est élu, sera d’arrêter sans raison aucune la centrale de Fessenheim où, entre parenthèses, on vient de redémarrer un des réacteurs après des travaux fort importants, pour complaire à Eva Joly et ses khmers verts.

Cet accord sous entend un développement intensif des énergies dites renouvelables, notamment le vent et le solaire dont tout le monde sait qu’ils sont inefficaces et hors de prix.

Déjà les Français payent sans le savoir 3% de plus sur leur facture électrique pour subventionner ces équipements importés pour l’essentiel, notamment de Chine.

Nous avons la chance de payer l’électricité 35% moins cher que chez nos voisins, d’avoir une industrie nucléaire en pointe qui fournit une grande quantité d’emplois. Une énergie bon marché c’est une chance qu’il faut préserver sinon notre industrie sera encore moins compétitive et nous n’exporterons plus de courant.

Pendant ce temps les Etats Unis développent à grands pas le gaz de schiste et les pétroles non conventionnels au point que le prix du gaz y est en chute libre.

Il a fallu que la Pologne où le charbon - très polluant - représente 93 % du « bouquet énergétique » se gendarme et refuse cet accord pour qu’apparaisse ce projet suicidaire.

En fait ne nous y trompons pas, l’idée est de réduire la consommation d’énergie de façon drastique, de nous obliger à emprunter les transports en commun voire le vélo, de ne pas nous chauffer correctement, de nous interdire de climatiser, de voyager, bref nous ramener à la façon dont on vivait « pendant les années les plus noires de notre histoire ».

Et ce n’est pas tout, on veut faire payer une taxe pour tout survol de l’espace européen, même par les avions qui nous amènent des touristes, au point que la Chine menace de ne plus commander d’Airbus, pour la plus grande joie de Boeing.

Comment veut on que les Français n’en aient pas assez de cette Europe qui veut changer leur façon de vivre sans les consulter en quoi que ce soit, sous prétexte, entre autres, d’un réchauffement climatique nullement avéré et qui d’ailleurs fait la joie des touristes.

16:28 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

"[...] sous prétexte, entre autres, d’un réchauffement climatique nullement avéré et qui d’ailleurs fait la joie des touristes."

N'y a-t-il pas une contradiction à mettre en doute le réchauffement climatique tout en affirmant qu'il "fait la joie des touristes" ? Ou alors votre amour de l'ironie justifie-t-il une entorse à la logique ?

Écrit par : Król Karmazyn | 09/05/2012

J'admets que j'aurais du écrire "ferait le joie des touristes"

Écrit par : JOURDIER | 10/05/2012

Les commentaires sont fermés.