Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2008

Pauvre Micha

le 22 août 2008





Messieurs,


Je me demande combien de temps vous continuerez à tenir pages ouvertes à Bernard Henri Lévy pour qu’il y aligne ses témoignages aussi douteux qu’unilatéraux.
Son dernier factum  « Choses vues dans la Géorgie en guerre » (Le Monde du 20 août) en est un superbe exemple à la gloire de Micha Saakashvili, ce curieux président, « féru de philosophie, démocrate, européen » qui apprend par la presse étrangère que son pays est menacé, passe ses nuits -2-, après avoir reçu Sarkozy et Rice, à écouter les conseils de BHL - pauvre Micha - en croquant une pêche offerte par son assistante Ossète !
C’est la Légende des Siècles, un remake de Victor Hugo ; « Les bandes ossètes et cosaques ont, dans leur sillage, pillé, violé, assassiné », « On a tué les pères devant les fils. Les fils devant les pères», le « Poutinisme » est responsable de tout. On apprend quand même que tous les ministres ukrainiens sortent des universités américaines, que le ministre de la défense est israélo-géorgien et que tout l’armement géorgien a été fourni par Israël, d’où, je pense, l’ire de BHL. Là, passe l’ombre de la CIA et du Mossad.
Les militaires russes ont tous des problèmes avec la vodka, et « des cadavres géorgiens seraient livrés aux porcs et aux chiens » comme Jezabel.
On ne peut qu’être navré par tant d’affabulations, les Géorgiens sont les pauvres victimes de l’ogre poutiniste aussi innocents qu’étaient les Kosovars, et il paraît que cela compromet « la paix et le monde de demain ».
Considération distinguée.

16/08/2008

Le sanglot de l'homme blanc

le 16 août 2008







Messieurs,



Fascinante la « rétrolecture » du « Sanglot de l’homme blanc » publié en 1983 par Pascal Bruckner (Le Monde du 15 août). Philippe Bernard se gausse de « ce traité de culpabilité occidental » alors que depuis des décennies Le Monde appelle à repentance, charge le colonialisme de tous les maux et nous fait à longueur d’année larmoyer pour des histoires plus épouvantables les unes que les autres de pauvres immigrés poursuivis par une police impitoyable, vivant dans des conditions insupportables, persécutés, exploités par des employeurs rapaces.
Comme vous l’écrivez «  les larmes moquées par Pascal Bruckner ont imprégné la plupart des grandes controverses hexagonales de ce dernier quart de siècle »
Quel aveu pour qui vous lit depuis des années ; mais alors comptez vous changer votre jugement ? Que nenni, vous allez ressortir les mêmes excuses absolutoires pour justifier les pires agressions, appeler à la régularisation de familles inassimilables, plaider pour une immigration à tout va . Je n’ose espérer une prise de conscience salutaire et pourtant, comme vous dites ce ne sont que de « vaines pleurnicheries » .
Considération distinguée

16:47 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

13/08/2008

Poutine ou Bush

le 12 aout 2008





Messieurs,



Vladimir Poutine étant votre actuelle bête noire, il va de soi que vous en faites le responsable de la situation en Géorgie, alors que l’agresseur est à l’évidence Mikheil Saakachvili.
L’intervention de la Russie est l’exact symétrique de l’intervention de l’OTAN au Kosovo que vous n’avez cessé d’approuver.
Je ne m’étonne évidemment pas de voir Dominique Dhombres (le sourire pervers de Poutine  Le Monde du 13 août) juger « pervers » le sourire de Poutine devant la déconfiture du Géorgien et constater « la volonté retrouvée du Kremlin de se conduire mal » et « d'y prendre le même plaisir pervers que jadis, du temps de l'URSS ».
Je ne serais pas étonné que Mr Bush ait poussé son ami Mikheil Saakachvili, candidat à l’OTAN à se lancer dans cette aventure, comme son père il y a quelques lustres avait poussé Saddam Hussein à envahir le Koweit.
Quoiqu’il en soit je suis heureux que la puissance de la Russie nous dissuade de nous mêler de cette affaire comme nous l’avons hélas fait au Kosovo.
Quant à parler de « désinformation », comme le fait Dominique Dhombres, je vous sais expert en la matière, mais en l’occurrence elle me semble égale des deux cotés.
J’avoue ne pas comprendre les relents de guerre froide que l’on sent dans toute information sur ce conflit, les occidentaux auxquels appartiendrait la Géorgie (?) contre la perverse Russie. Je vous avouerai que je me sens plus proche de Poutine que de Bush, avec lequel il conviendrait de prendre des distances.
Considération distinguée

14:28 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

03/08/2008

Vive l'ouverture

le 3 aout 2008
 
 





Messieurs,



Une fois de plus, Laetitia Van Eeckhout, (« La politique migratoire à la peine » le 1er Août 2008) dont l’idéal en matière d’immigration est « l'ouverture » aux pays du sud, veut nous faire croire que « les travailleurs sans papiers » pour lesquels la CGT mène une campagne éhontée sont indispensables à l’économie. Quand on voit que ceux-ci travaillent comme agents de sécurités, plongeurs ou « techniciens de surface », toutes choses qui ne nécessitent guère de qualification, on se dit que les « cités sensibles » renferment des foultitudes de chômeurs qui pourraient remplir ces emplois s’ils ne préféraient pas le chômage et le RMI .
On ne me fera pas croire qu’Areva et Renault, que vous citez, pleurent pour recruter ce genre de profils.
Vous vous plaignez que la France ne « cesse d'être hantée par l'obsession de contenir le Sud plutôt que de s'ouvrir à lui », c’est vraiment de l’inconscience et un refus de voir les choses.
Considération distinguée


15:20 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)