Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2008

Poutine ou Bush

le 12 aout 2008





Messieurs,



Vladimir Poutine étant votre actuelle bête noire, il va de soi que vous en faites le responsable de la situation en Géorgie, alors que l’agresseur est à l’évidence Mikheil Saakachvili.
L’intervention de la Russie est l’exact symétrique de l’intervention de l’OTAN au Kosovo que vous n’avez cessé d’approuver.
Je ne m’étonne évidemment pas de voir Dominique Dhombres (le sourire pervers de Poutine  Le Monde du 13 août) juger « pervers » le sourire de Poutine devant la déconfiture du Géorgien et constater « la volonté retrouvée du Kremlin de se conduire mal » et « d'y prendre le même plaisir pervers que jadis, du temps de l'URSS ».
Je ne serais pas étonné que Mr Bush ait poussé son ami Mikheil Saakachvili, candidat à l’OTAN à se lancer dans cette aventure, comme son père il y a quelques lustres avait poussé Saddam Hussein à envahir le Koweit.
Quoiqu’il en soit je suis heureux que la puissance de la Russie nous dissuade de nous mêler de cette affaire comme nous l’avons hélas fait au Kosovo.
Quant à parler de « désinformation », comme le fait Dominique Dhombres, je vous sais expert en la matière, mais en l’occurrence elle me semble égale des deux cotés.
J’avoue ne pas comprendre les relents de guerre froide que l’on sent dans toute information sur ce conflit, les occidentaux auxquels appartiendrait la Géorgie (?) contre la perverse Russie. Je vous avouerai que je me sens plus proche de Poutine que de Bush, avec lequel il conviendrait de prendre des distances.
Considération distinguée

14:28 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.