Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2007

Maurice Audin traître

le 22 juin 2007

 

 

Messieurs,

 
Dans votre N° du 21 juin, vous vous croyez obligés de rendre hommage à Maurice Audin à l’occasion du 50° anniversaire de sa mort.
Déjà en mai 2004 vous célébriez l’inauguration d’une rue de Paris à la mémoire de ce traitre. Je vous avais écrit la lettre dont je vous joins copie, elle est toujours d’actualité.

« Je ne sais pas si Maurice Audin a été torturé et “assassiné” par l’Armée Française - personne ne le sait d’ailleurs - ce que je sais c’est que ce “jeune mathématicien” auquel Le Monde rend hommage le 29 mai, à l’occasion du baptême d’une rue de Paris à son nom par Bertrand Delanoë, militait au Parti Communiste Algérien interdit et, comme le reconnaît Pierre Vidal-Naquet le 27 novembre 1997 dans L’Evènement du jeudi, participa à des actions clandestines au cours de la bataille d’Alger. Il fut donc au même titre que les “porteurs de valises” coupable de trahison en temps de guerre, puisque guerre il y eut, et vraisemblablement responsable de la mort de militaires Français aux ordres d’un gouvernement démocratique.
Je pense donc que Pierre Vidal-Naquet qui fut exempté de service militaire et Bertrand Delanoë dont les parents étaient colons en Tunisie ont perdu en cette affaire une belle occasion de se taire.
D’autant que Bertrand Delanoë s’autorise ensuite à de curieux dérapages: “
...Combien de décennies pour reconnaître que des Français ont été collabos et ont livré des juifs aux nazis ? ”
Né en 1950, Bertrand Delanoë ne sait pas ce de quoi il parle.
Que le parti communiste rende hommage à un traître, cela ne m’étonne pas : il est bien dans la lignée du déserteur Maurice Thorez. »


La semaine dernière vous vous portiez au secours d’Abou Omar, aujourd’hui c’est Maurice Audin, vous feriez bien de mieux choisir vos héros.
Considération distinguée

14:10 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Une fois encore, je partage votre opinion.
Maurice Audin était objectivement un traitre à la France, et ne mérite aucun hommage. Mais "Le Monde" a les héros qu'il mérite !
Amicalement,
Frédéric.

Écrit par : Frédéric | 22/06/2007

Les commentaires sont fermés.