Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2006

Toilettes et dépendances

27 Novembre 2006 Messieurs, Je suis "interpellé" par les préoccupations des lecteurs du Monde 2 écrivant au courrier des lecteurs Sous le titre "un sujet capital" vous rassemblez deux lettres traitant de la saleté des toilettes publiques. Dans la première une "personne du sexe féminin" - ce doit être une femme - envie le sort des Japonais qui, dans le métro, trouvent des toilettes PROPRES leur permettant de se soulager dignement toutes les vingt minutes, ce qui me parait effectivement un minimum. Une autre lettre traite de la pétomanie de votre critique littéraire Christophe Donner qui doit en effet être considérable, à voir la page mise par Gaz de France en regard de sa contribution du 25 novembre, proposant le transport du gaz naturel liquéfié à bord de navires méthaniers. Tout cela montre des préoccupations plus scatologiques qu' eschatologiques à moins que vos lecteurs confondent les deux mots. Considération distinguée. PS La personne qui sélectionne les photos de lecteurs doit être aveugle : l’appareil du sélectionné de cette semaine est certainement en panne

17:15 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

19/11/2006

les blancs sont nuls

le 19 novembre Messieurs, Comme vous le rapportez le 18 novembre, Georges Frêche qui avait déja qualifié les harkis de “sous-hommes” a encore sévi. S’étonnant que l’équipe de France de football comporte “neuf Blacks sur onze”, il a donné l’explication suivante pour cette surabondance : “...s'il y en a autant, c'est parce que les Blancs sont nuls". Il y a là une déclaration raciste insupportable contre laquelle, j’espère, la LICRA, le MRAP et SOS racisme, vont s’élever et demander réparation. Les blancs après les harkis jusqu’où Frêche va t-il aller? Considération distinguée.

14:15 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (1)

08/11/2006

Pauvre Saddam

le 8 novembre Messieurs, J’ai attendu deux jours plein d’espoir. Et puis : rien, pas la moindre indignation après la condamnation à mort de Saddam Hussein J’attendais la création immédiate d’un comité par tous les Badinter et autres abolitionnistes : rien Le Monde évoque les cas pendables d’ Afzal terroriste Indien et de Mirza Tahir Hussain assassin Pakistanais dont les condamnations à mort indignent “des intellectuels et des défenseurs des droits de l’ homme” mais pour Saddam : silence. Il est vrai que je ne vous ai jamais vu vous indigner pour les pendus de Nuremberg, les exécutions de Laval, Pucheu et Brasillach, voire d’ Eichmann, ce qui prouve que vos grands principes sont à géométrie variable, et que je sens que vous auriez aimé que Milosevic soit condamné à mort. Il est vrai que vous appellez “lumières” la Révolution Française et ses atrocités et génocides pour réserver vos indignations aux “colonialistes” et aux “tortionnaires”. Allez vous ne changerez jamais, c’est navrant Considération distinguée

16:55 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (2)

01/11/2006

Pinochet le retour

le 1er Novembre





Messieurs,


Alors heureux? La chasse au Pinochet est enfin rouverte grâce à l’obstination du juge Solis qui semble avoir l'art de réchauffer les restes d'une dictature somme toute bien modérée au regard de celles de vos amis Mao, Castro, Pol Pot, Aristide...
Pour l'histoire des lingots d'or supposés déposés chez HSBC d' Hong Kong, puis je vous conseiller de vous méfier, l'affaire me semble aussi suspecte que Clearstream.
Mais ce qui est le plus piquant c'est quand vous nous apprenez le 21octobre que Madame Bachelet fuyant le Chili, s'était réfugiée avec sa mère en RDA, ce qui donne une haute idée du sens démocratique des féaux de ce vieil ivrogne d' Allende dont, en septembre 2003 vous vantiez "'éclatante personnalité (...), le socialisme de vin rouge et d'enpenadas". Le meilleur est d’ailleurs que Honecker s'était ensuite réfugié au Chili où il ne me semble pas avoir été bien inquiété alors que ses crimes étaient sans commune mesure avec ceux de Pinochet.
Considération distinguée

16:02 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)