Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2006

Pauvre Saddam

le 8 novembre Messieurs, J’ai attendu deux jours plein d’espoir. Et puis : rien, pas la moindre indignation après la condamnation à mort de Saddam Hussein J’attendais la création immédiate d’un comité par tous les Badinter et autres abolitionnistes : rien Le Monde évoque les cas pendables d’ Afzal terroriste Indien et de Mirza Tahir Hussain assassin Pakistanais dont les condamnations à mort indignent “des intellectuels et des défenseurs des droits de l’ homme” mais pour Saddam : silence. Il est vrai que je ne vous ai jamais vu vous indigner pour les pendus de Nuremberg, les exécutions de Laval, Pucheu et Brasillach, voire d’ Eichmann, ce qui prouve que vos grands principes sont à géométrie variable, et que je sens que vous auriez aimé que Milosevic soit condamné à mort. Il est vrai que vous appellez “lumières” la Révolution Française et ses atrocités et génocides pour réserver vos indignations aux “colonialistes” et aux “tortionnaires”. Allez vous ne changerez jamais, c’est navrant Considération distinguée

16:55 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Monsieur,
que "Le Monde" fasse preuve d'indignation sélective, c'est indéniable. Ceci étant posé, je ne vais pas pleurer non plus sur le triste sort du "Staline arabe" qu'était Saddam Hussein. En revanche, je suis bien d'accord avec vous concernant votre lettre sur Pinochet.
Cordialement,
Frédéric Chataigner.

Écrit par : Fréderic Chataigner | 09/11/2006

Bien sur je ne défends pas Saddam mais il faut bien reconnaitre que son éviction n'a en rien fait évoluer les choses au Moyen Orient et qu'on aurait mieux fait de le recycler comme Kadafi ou comme il faudrait le faire avec l'Iran, en l'intégrant au système plutot qu'en le qualifiant d' "axe du mal"

Écrit par : F.J. | 10/11/2006

Les commentaires sont fermés.