Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2005

Banlieues: la provocation coloniale

le 20 novembre 2005



Messieurs,

Le 13 avril 2000, qu’il s’en souvienne, Philippe Bernard “Au revoir l’intègration” constatait que les immigrés ne s’ intègreraient pas. Cela ne l’a pas empêché de se faire pendant cinq ans le chantre d’une immigration incontrôlée, d’ on ne sait combien de millions de maghrébins et de “subsahariens”.
Maintenant il nous explique que quand des “sauvageons” de 14 ans brûlent les voitures des voisins et leurs écoles, “leur rage est (...) d’ordre civique” .On les a provoqués en ressortant un “texte législatif conçu pour mater une rébellion coloniale”
Enfin quoi, c’était il y a 50 ans et la guerre d’Algérie c’était du temps de leur grand père, cela m’étonnerait que ce soit encore “une plaie à vif”.
Si scander “J'baiserai la France jusqu'à c'qu'elle m'aime” est un cri d’amour comment faut il interpréter: “Je crie haut , je baise votre nation”, “Retirer ma carte d’identité avec laquelle je me suis plusieurs fois torché”, “On s’est installé ici c’est vous qu’on va mettre dehors”...
Le problème est que “les enfants de l'immigration subsaharienne (...)entrent massivement sur la scène incandescente des quartiers populaires” avec leurs culture d’échec, la polygamie, et apportent violence, trafics, échec scolaire. A les voir prendre l’Europe d’assaut, ils ont peut être “la haine des Blancs” mais ils savent où est la soupe.
Le navrant est que ceux qui vont trinquer sont ceux qui travaillent pour réussir et se faire une place.
Enfin on peut espérer que ces émeutes, dépasseront la crainte de faire le jeu du Front National, et qu’on va enfin réagir et arrêter ce suicide par invasion. On peut toujours rêver.
Considération distinguée

15:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.