Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2005

Désarroi des soixante-huitards

Le 3 avril 2005




Messieurs,


Grâce soit rendue au Monde d’avoir publié le lamento de ces trois soixante-huitards (Nouveau prolétariat et jeunes casseurs le 1° Avril 2005) dont la progéniture s’est fait “ratonner” le 8 mars à la manifestation de lycéens contre la loi Fillon.
Il faut comprendre leur désarroi, à eux qui avaient élevé leurs enfants dans l’esprit “blacks, blancs, beurs tous pareils” de voir des hordes de jeunes casseurs “de couleur” s’en prendre aux “petits blancs” et de préférence aux petits blonds. Ainsi les blancs ne seraient pas les seuls racistes, il y aurait un “racisme à l’envers” chez les “jeunes issus de l’immigration”. Cruelle découverte.
Le meilleur arrive quand ils reprochent aux CRS-SS de n’être pas intervenus, puis au gouvernement de vouloir, à l’instar d’Hitler et de Mussolini, se constituer “un ennemi intérieur” un “lumpenprolétariat” pour justifier “l’apartheid social et la logique sécuritaire” qui accompagnent “la barbarie libérale”
Heureusement les réflexes politiquement corrects reviennent: il faut comprendre, il s’agit de “jeunes exclus du système scolaire” (par qui grand Dieu?), “discriminés par leurs origines sociales et ethniques”. Il n’empêche que “la bête immonde sommeille en chacun”.
Comme vous pensez, si l’affaire n’était aussi triste, j’aurais bien ri de voir les écailles tomber enfin des yeux de ces intellectuels de gauche voire de gauche extrême.
Pauvres gens à qui l’on vient de “déranger le confort de leur représentation du monde”
Considération distinguée.



P.S. Pourriez vous dire à cette sociologue et à ces documentaristes (?), que “demander” étant transitif on n’écrit pas: “nous demandons à ce que...”

16:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.