Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2015

Le pâtissier de Grasse

Un pâtisser de Grasse commercialise depuis déjà longtemps des gâteaux d’un mauvais goût très sur, en forme de poussahs et de poussates qualifiés « Dieu » et « Déesse », dotés d’organes sexuels impressionnants. Comme ils sont en chocolat, le CRAN s’indigne de ces gâteries «caricatures négrières, obscènes et injurieuses qui puisent dans la vieille tradition du racisme colonial». Il «exige le retrait immédiat de ces pâtisseries racistes et se réserve le droit de porter plainte pour incitation à la haine raciale».

Je me souviens que dans mon enfance mon père possédait un disque 78 tours dont le refrain, autant qu’il m’en souvienne, était :

« Ohé, ohé,

Ohé comme Robinson Crusoë,

Moi je m’dis le cœur gros,

Lui n’avait qu’un négro,

Ah le veinard moi j’en ai beaucoup trop. »

Au dos il y avait « Lindbergh à Paris », le disque datait donc de 1927. C’était l ‘époque de Joséphine Baker et du bal nègre, cabaret antillais de la rue Blomet à Paris.

Je vois diffuser une telle chanson de nos jours où toutes les minorités, les noirs pour ne pas dire les nègres, les musulmans, les juifs, les arabes, les arméniens, les descendants d’esclaves, les homosexuels, les lesbiennes , les bi, les trans, les Taubira se disent en permanence agressés. Il n’y a que les blancs, qui sont forcément coupables, les chrétiens par charité chrétienne, et les Chinois qui connaissent leur supériorité céleste pour supporter tout.

Je ne pense pas, dans ces conditions que le pâtissier de Grasse soit autorisé longtemps à vendre ses gâteaux, il faut dire assez répugnants et difficiles à présenter sur une table enfantine. En attendant cette publicité multiplie la vente.

Il n’empêche que tout cela montre la régression de la liberté d’expression, n’en déplaise à Charlie.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com