Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2012

Sur un marché de Provence

 

Sur mon marché du Mourillon à Toulon, je constate qu’au mois de juillet les fraises viennent de Belgique et aussi des tomates. C’est quand même étonnant, l’ensoleillement est nettement plus adapté sur la côte méditerranéenne aux cultures fruitières et maraichères  qu’outre Quiévrin. On trouve d’ailleurs sur quelques étals des fraises locales excellentes. Curieusement on trouve des fraises belges toute l’année et on se demande comment ils les font pousser. Pour les tomates c’est encore plus bizarre, il y en a plein la région sans compter celles qui viennent d’Italie et d’Espagne.

J’ai constaté également, qu’en pleine saison française on importe des pommes d’Argentine et du Chili. Elles doivent voyager en container réfrigéré.

Hyères à 20 km de Toulon est connu pour ses cultures florales en particulier de roses. Et bien quand on achète des roses à Toulon elles viennent généralement d’Equateur ou du Kenya. Il faut dire que pour commercialiser leurs fleurs les producteurs locaux les envoient généralement aux Pays Bas, autrement bien organisés.

Tout ça pour dire que si les producteurs français s’organisaient correctement, ils pourraient au moins assurer la production locale. Faire venir des pommes du Chili au mois d’août quand on voit l’importance des vergers dans le sud de la France relève quand même d’un étrange comportement et on vient nous bassiner d’ « empreinte carbone ».

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com