Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2016

Toilet or not toilet.

Les Turcs étaient aux portes de Constantinople, le concile discutait du sexe des anges. Maintenant que le terrorisme islamique sévit dans tout le monde libre et chrétien, en particulier aux Etats Unis – souvenons nous du massacre d’Orlando – on y discute du sexe des toilettes. Le problème qui depuis quelque temps agite l’opinion américaine est de savoir quelles toilettes doivent utiliser les « transgenres », minorité cependant minuscule.

Les parlementaires de Caroline du nord avaient voté en urgence le 23 février une loi obligeant les usagers à utiliser les toilettes correspondant à leur " sexe biologique ". L’objectif de cette loi était de contrer un décret adopté la veille par la municipalité de Charlotte qui permettait aux transgenres d'utiliser les sanitaires du sexe auquel ils s'identifiaient.

Après la défaite enregistrée par les conservateurs sur la question du mariage homosexuel, une nouvelle ligne de front a été ouverte sur l’usage des toilettes. Alors que les gouverneurs républicains du Dakota du sud et de Géorgie choisissaient de bloquer cette législation jugée restrictive, le gouverneur de Caroline du sud, Pat Mc Crory, décidait de valider la loi votée par les élus de son Etat, suivi par son homologue du Mississipi. Comme de bien entendu, le choix du gouverneur de Caroline du Nord a été dénoncé par des artistes : Bruce Springsteen, Bryan Adams, Cindy Lauper ou encore le Cirque du Soleil ont annulé des représentations en représailles. Des entreprises ont fait de même, PayPal a renoncé à la création de 400 emplois à Charlotte, deutsche Bank 250 autres. Me  McCrory a réagi en limitant la portée de la loi aux établissements publics, un geste jugé insuffisant par ses détracteurs et les autorités fédérales qui demandent sa suppression.

Pour dramatiser encore la question, Loretta Lynch, ministre de la justice établit un parallèle avec les discriminations raciales : « Cette action a une portée dépassant nettement le cadre des toilettes, a-t-elle estimé. La dignité et le respect de nos concitoyens sont en jeu (…). Cette loi revient à infliger davantage d'indignité à une communauté qui a déjà souffert bien plus que son dû. » Rien moins. Si la justice suit madame Lynch et considère que la loi votée en Caroline du Nord est discriminatoire, l’Etat risque de perdre les milliards de dollars versés par l’Etat fédéral à l’Etat du sud.

Les partisans d’un usage libéral des toilettes, autorisant les « transgenres » à utiliser les toilettes correspondant au sexe auquel ils se sentent appartenir, seraient maintenant faiblement majoritaires, au point que Donald Trump le futur candidat républicain fait preuve d’ouverture sur la question.

Le gouvernement Obama, affirme que l’accès aux toilettes et aux vestiaires publics doit se faire selon le sexe auquel un élève s’identifie et non selon son sexe de naissance. Ces recommandations ne concernent que l’enseignement public, des écoles aux universités. Elles n’ont pas force de loi mais avertissent les autorités locales de l’enseignement public qu’elles risquent de perdre leurs subventions fédérales si elles ne s’y conforment pas.

Il n’empêche : une civilisation qui se mobilise pour un problème aussi trivial apparaît bien proche de disparaître. Comme Constantinople.

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com