Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2013

Industrie agricole bretonne.

Disons le tout de suite j’aime bien les Bretons, ils ont un sale caractère mais ce sont des gens sérieux sur lesquels on peut compter. Et puis il y a beaucoup de marins chez eux.

Mais qui aime bien châtie bien et j’avoue que je me suis toujours demandé s’ils mangeaient eux mêmes les ignominies qu’ils produisent sous le nom de poulets et de porcs.

Le poulet « standard » élevé par milliers au coude à coude si je puis dire, est une infamie qu’heureusement on exporte surtout. En Arabie Saoudite paraît-il ? La religion des Saoudiens a du leur gâter le gout, personnellement j’évite.

Quant aux porcs élevés hors sol, sous de gigantesques hangars et dont on répand généreusement le lisier générateur d’algues vertes, je ne sais pas ce qu’on en fait et préfère l’ignorer. Je crains que l’estimable pâté Hénaff, fort apprécié dans la Marine, en soit fait.

Je n’ai pas l’âme bien sensible mais je me demande quelles pensées doivent avoir les poules élevées sur étagères le cul au dessus de gouttières où elles sont sommées de pondre.

En résumé que l’industrie agricole bretonne se casse la gueule ne m’étonne ni ne me peine et je regrette que des subventions aient maintenu en vie une production axée sur le bas de gamme et la quantité.

Les viticulteurs du Languedoc ont fini par abandonner la production de « bleu qui tache » pour se reconvertir dans des vins fort estimables,  il y a là un exemple à suivre.