Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2007

A reculons

le 9 avril 2007






Messieurs,


Je vous sens encore préoccupés de l’incompétence du Pape et désireux de lui donner quelques conseils voire des directives pour remplir son mandat.
C’est ce que je ressens en lisant votre éditorial du 8 avril « A reculons » .
Passons sur quelques considérations « locales » concernant la Pologne « ultracatholique », l’anticléricalisme de Zapatero et arrivons en au reproche récurrent que vous faites au Pape de vouloir abandonner les acquis de Vatican II pour complaire aux « militants de l'ancienne tradition » en libéralisant la messe en latin.
Je ne vois pas d’abord en quoi cela concerne un journal qui se targue de laïcité et prône à l’évidence le relativisme religieux ; d’autre part, croyez-moi, les quelques Catholiques qui pratiquent encore leur religion et s’efforcent de suivre le pape, ne voient pour la plupart aucune objection à ce que chacun puisse suivre le rite qui lui convient, tant que le choix demeure, ce qui est le cas.
Ce que je conteste le plus, c’est le rôle de super O.N.G. que vous attribuez au christianisme dont la vocation, selon vous, « s'exprime davantage dans l'aide aux populations marginalisées que dans ce pointillisme disciplinaire »
Autrefois on enseignait que l’Eglise avait comme mission d’aller enseigner toutes les nations et de les baptiser, non de corriger toutes les injustices du monde, ce qui venait par surcroît.
Considération distinguée

11:21 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bravo et encore Bravo !

Le monde est né sur les ruines du TEMPS.
Et le Petit Tincq donne des leçons à l'Eglise millénaire. On aura tout vu ! et tout lu !

Ce godelureau est étonnant de fatuité et de prétention.

Vous avez raison il faut lui mettre le nez dans sa légion d'honneur

Tricasse

Écrit par : tricasse | 10/04/2007

Le drame, c'est que lefebvristes et "progressistes" s'entendent pour une lecture déformée de Vatican II.

Le pape veut éviter un schisme. Il ne partage pas pour autant les erreurs intégristes, ni les erreurs du Monde.

Écrit par : Denis Merlin | 10/04/2007

Les commentaires sont fermés.