Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2007

Tincq et le Vatican

le 18 janvier 2007





Messieurs,



Je le trouve bien honnête, Henri Tincq de prodiguer ainsi ses conseils au Pape pour sortir de la situation où l’a mis ses « dérapages » et ses « maladresses » (« Avis de tempête dans l'Eglise catholique » Le Monde du 17 janvier) .
Tout le monde sait que l’affaire des obsèques religieuses refusées à Piergiorgio Welby, était une machine, Piergiorgio étant athée, mais cela permet à Henri Tincq de s’étonner que l’on n’ait pas refusé des obsèques religieuses à Pinochet (!) qui reste post mortem la bête noire absolue du Monde.
Tincq s’inquiète « de nouvelles facilités à la messe en latin, considérée comme une régression par la grande majorité des fidèles... », alors là je voudrais le rassurer : dans mon diocèse de Toulon on dit depuis des décennies des messes en latin, avec la bénédiction de l’évêque, sans que cela perturbe qui que ce soit.
Enfin s’ étonner après la mise en cause de l’évêque de Varsovie, « que des comptes ne soient pas aussi demandés en Espagne aux évêques et prêtres ex-franquistes, en Amérique latine à ceux qui ont collaboré avec les dictatures en Argentine ou au Chili. » est quand même étrange, le communisme a été condamné par l’ Eglise depuis fort longtemps et ce ne sont pas les franquistes qui ont massacré des prêtres et des religieuses pendant la guerre civile.
Remarquons que cela fait la deuxième fois en un seul article que le régime de Pinochet, est mis en cause : c’est vraiment obsessionnel.
Je terminerai en constatant que l’urgence « dans le traitement de dossiers brûlants comme celui des divorcés-remariés. Ou du préservatif, » a été décrétée par le seul Henri Tincq.
Considération distinguée.

15:00 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.