Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2005

Quelque chose de pourri...

Le 26 juin 2005




Messieurs,


Je pense intéressant de rapprocher deux informations données par votre numéro du 23 juin.
Tout d’abord je lis qu’au Danemark “... la fiscalité que nécessite la mise en œuvre de la politique sociale y est conséquente et a pour corollaire une politique d'immigration très restrictive. Le Danemark consacre une part aussi importante de son budget à l'emploi que la France pour un nombre de chômeurs deux fois moindre, mais fonde cette logique de solidarité sur une logique ethnique qui n'appartient pas à notre tradition républicaine.”
Je pense qu’il faut traduire que le Danemark pratique la préférence nationale.
Il est vrai que, comme chacun sait, le Danemark est un royaume où d’ailleurs il y aurait quelque chose de pourri, ce qui lui permet de s’affranchir de toute “tradition républicaine”. Reste à savoir si cette tradition est réellement ancrée en France et je pense qu’il serait intéressant de s’en assurer par exemple par référendum.
De toutes façons si l’on en croit Organisation internationale pour les migrations (OIM), organisme que j’estime personnellement suspect, “Les bénéfices de l’immigration (sont) supérieurs à son coût” Preuve en est qu’au Royaume Uni les immigrés “ont rapporté au Royaume Uni, en 1999-2000, 4 milliards de dollars de plus, par le biais des impôts, qu’ils n’ont reçu sous la forme de prestations diverses”.
Pourquoi au Royaume Uni ? Quid de la France? Je ne suis pas sur qu’une étude honnête arriverait au même résultat.
Le même organisme se réjouit également que les immigrés aient envoyé dans leurs pays 100 milliards de dollars en 2004. En quoi cette fuite de capitaux est t-elle bénéficiaire au pays d’accueil?
Considération distinguée

16:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.