Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2017

Sed perseverare diabolicum.

Ainsi alors que les frontières se rétablissent partout, que les peuples se rebellent contre la mondialisation, que nous nous sommes coupés de notre espace économique naturel par des sanctions contreproductives pour des querelles d’Allemands, que les Etats Unis de Trump dénoncent le Traité Transpacifique, l’ALENA et ne parlent plus du TAFTA, le parlement européen a adopté le CETA, le traité de libre échange avec le Canada.

Un pavé de 2000 pages probablement traduit en plusieurs langues qui ne disent pas toutes même chose : comment un traité de 2000 pages pourrait-il être appliqué ? Combien s’y nichent de contestations, de contournements ?

Décidemment rien n’arrête la machine européenne à pondre du papier. Son inertie est de plusieurs années. D’ailleurs les négociations on commencé en 2009, une longue gestation suivie d’un accouchement difficile : il s’est quand même trouvé 204 députés pour voter contre et 33 pour s’abstenir.

Il va falloir maintenant faire ratifier le traité par 38 ( !) parlements nationaux et régionaux mais le CETA est applicable dés avril pour 95% de ses dispositions : ça c’est de la démocratie, et on peut imaginer - rappelons nous l’exemple wallon - les pressions que subiront les récalcitrants éventuels.

Etait ce bien nécessaire de se lancer dans cette aventure quand l’Europe est en pleine tourmente existentielle et politique ?

Remarquons que les députés européens français ont voté en large majorité contre l’adoption du traité, 16 députés seulement sur 74 ont approuvé et l’opposition est diverse allant du Front national à l’extrême gauche en passant par tous les socialistes, les Verts et même des Républicains et des centristes.

C’est dire que la France est inquiète des conséquences de ce traité y voyant une menace pour le secteur agricole, en particulier la filière bovine. Les paysans français ont plus besoin de protection que de l’accroissement de la concurrence.

L’enthousiasme exprimé par les Canadiens, montre qui est le principal bénéficiaire de ce traité.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com