Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2013

Africanisation de la France

Les recensements ethniques sont interdits en France. Si vous voulez avoir une idée de la vérité sans qu’elle soit dissimulée ou biaisée par le pouvoir, il faut trouver des marqueurs significatifs. Le site « les 4 vérités » en propose un venant de la médecine : depuis 2000 la France mène un programme de dépistage de la drépanocytose, maladie génétique propre, en général, aux peuples non-européens, devenue la maladie génétique la plus répandue dans la France d’aujourd’hui.

Les nouveaux nés sont considérés menacés si un parent vient d’une région à risque principalement Afrique et Amérique où le gène responsable sévit.

En 2000, 19% de tous les nouveaux nés en France métropolitaine avaient au moins un parent issu d’une région à risque. Ce chiffre est monté à 28,45% en 2007 et à 31,5% en 2010 soit 253 666 nouveaux nés sur 805 958, presqu’un tiers.

Ce qui importe ce n’est pas l’évolution de la drépanocytose mais le déclin démographique de la France blanche que ces chiffres démontrent, et l’interdiction d’en parler dans le climat multiculturaliste actuel.

La situation est encore pire car les départements d’outremer n’ont pas été pris en compte. En incluant les nouveaux nés tous soumis  à un dépistage, la proportion des naissances non blanches monte pour toute la France à 34,6%.

Ne sont pas pris en compte également les asiatiques orientaux et les hispaniques qui ne sont pas considérés comme population à risque.

Ces chiffres montrent le remplacement de population dont la France est l’objet.

Si on affine par région le pourcentage de nouveaux nés à risque atteint  en 2010, 60% en Ile de France, 43,2% en PACA, 41.6 % en Languedoc Roussillon etc. mais 9,8% en Poitou-Charentes et 5,5% en Bretagne.

Sachant que la population africaine doit doubler à 2,4 milliards d’individus en 2050 et que l’Afrique est incapable de créer les ressources alimentaires nécessaires, on peut se faire une idée de l’invasion qui se prépare. Les blancs aborigènes d’Europe vont être chassés par des populations inassimilables et qui d’ailleurs ne veulent pas s’assimiler et n’auront plus que la possibilité d’émigrer d’un pays où ils n’auront plus leur place. Mais où ?