Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2013

les petits marquis.

Alors que les forces armées françaises sont réduites dans des proportions jamais vues, il est des corporations qui ne connaissent pas la pénurie et ne font que croître et embellir, ainsi des petits marquis des cabinets ministériels.

Déjà le nombre des ministères atteint pour des raisons de parité, de diversité ethnique, d’équilibres partisans, le nombre remarquable de trente huit après avoir été il faut le reconnaître de trente neuf, l’effectif des cabinets nécessaires à tous ces ministres et ministricules est en pleine croissance.

Le premier ministre avait bien limité à quinze le nombre de collaborateurs par ministre et dix par ministre délégué, vingt ministères dépassent le plafond, la croissance en un an ayant été de 7,6%.

On compte maintenant 565 conseillers, qui bénéficient chacun d’une prime spéciale dite de sujétions particulières, (ISP) dont l’enveloppe globale atteint quand même 26,477 millions d’euros ; en période de vaches maigres ce n’est pas rien.

D’autant qu’il faut ajouter les effectifs des fonctions support, (sécurité, administration, secrétariat, intendance et logistique) qui sont passés de 2 378 à 2 471 en un an.

On peut d’ailleurs se demander pourquoi les administrations ne fournissent pas à leur ministre les conseillers et les supports dont ils ont besoin, pris sur leurs effectifs et leurs moyens, ce serait une bonne économie.

Il est vrai que pour les énarques et autres, un passage par un cabinet est un bon tremplin mais avant d’imposer à leurs troupes de strictes mesures d’économie et de réduction d’effectifs, les ministres pourraient donner l’exemple et réduire leur train .

Les commentaires sont fermés.