Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2007

Le Faux-pas de Sarkozy

le 27 août  2007
 
 





Messieurs,

On peut discuter de l’opportunité de dire aux subsahariens qu’il n’y a chez eux « de place ni pour l'aventure humaine ni pour l'idée de progrès » et que le malheur de l’Afrique ne vient pas uniquement de l'esclavage et des effets pervers de la colonisation. Personnellement je pense l’analyse pertinente et qu’il faut de temps en temps mettre les pieds dans le plat.
Evidemment pour Philippe Bernard, dire de telles choses ne saurait être qu’un « faux pas » ( « Faux pas Africain » Le Monde du 24 août) : il faut faire repentance.
Pour ce qui est de l’esclavage rappelons avec Olivier Pétré-Grenouilleau ( Les traites négrières ) que « l’Afrique–noire n’est pas seulement une victime de la traite, elle a été l’un de ses principaux acteurs ».
Quant à la colonisation, en dehors du fait que je pense que le bilan en est « globalement positif », je ne comprends pas que l’on puisse prôner « le devoir d’ingérence » et condamner la colonisation.
Quand l’Europe est intervenue en Afrique le continent était en proie aux guerres tribales, à une situation sanitaire déplorable, à l’esclavagisme, à l’anthropophagie, à l’illettrisme.
Comme le déclara Jules Ferry, c’était un devoir de développer les races inférieures. La colonisation était alors la seule réponse possible et le profit que les pays colonisateurs en tirèrent n’est pas évident.
Il suffit de voir ce qu’est devenu le Zimbabwe depuis que les grandes consciences ont chassé Ian Smith pour le remplacer par Mugabe pour voir qui est responsable du malheur de l’Afrique.
Maintenant on ne transporte plus les émigrants, ils se noient en cherchant à atteindre l’Europe, c’est le progrès.
Considération distinguée.

17:20 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (1)